Politique

Et non, La Gauche n’est pas morte !

Pour tout les électeurs de gauche, l’espoir des lendemains qui chantent s’éloigne chaque jour un peu plus.

Les sondages se suivent et se ressemblent, continuant de placer le candidat du Parti Socialiste en quatrième position, loin derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et même François Fillon.

De plus la presse conventionnelle distille les noms des différents socialistes qui quittent le camp de Benoit Hamon : Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, Claude Bartolone etc etc… donnant le sentiment d’une bérézina

Du coup l’électeur de gauche doit se faire une raison, il faudra travailler plus avec Fillon, plus avec Macron ou plus avec Le Pen ou quitter le pays.

Sauf que le PS, c’est pas la Gauche.

Manuel Valls évoquait les deux « gauches irréconciliables », la vérité c’est qu’il aurait du  parler de deux « PS irréconciliables » ; deux partenaires ayant entretenu une longue relation mais ne s’entendant plus et refusant de quitter le domicile familial de Solférino.

En revanche pour les français la césure est plus nette : il y a ceux qui approuvent le mandat de François Hollande et ceux qui ont le sentiment d’avoir été cocufiés.

Les premiers sont les sociaux-libéraux (ou sociaux-démocrates),

partisans de la « flexisécurité », de la protection « patrosociale », de l’assurance maladémerdetoi et autres contractions improbables. En professionnels de la politique ils défendent une ligne attrape-tout prétendu progressiste.

Les seconds sont les socialistes

disséminés un peu partout en réalité, de Mélenchon à Hamon en passant par le FN ou l’abstentionnisme. Ils ont conscience que quelque chose ne tourne pas rond dans le pays, que leur travail est pénible (quand ils en ont) et qu’ils doivent faire toujours plus d’efforts pendant que l’accroissement des inégalités ne cesse de progresser

La Gauche peut se rassurer

Si la situation est confuse et qu’elle entrainera probablement la défaite de la gauche aux prochaines présidentielles, elle n’est pas désespérée pour autant.

Le camp des Sociaux-démocrates a été particulièrement habile en parasitant le PS de l’intérieur avant de muter grâce à Emmanuel Macron.

Sauf qu’en regardant les sondages plus attentivement on s’aperçoit qu’il y a toujours un peuple de gauche présent et qui ne fera que croître au cours des cinq prochaines années où la vie continuera de se durcir pour les classes moyennes et pauvres.

Concrètement, dans ce sondage, il faut comprendre qu’il y a quatre « familles » différentes et non pas cinq comme on cherche à nous le faire croire.

  • La famille de droite qui est en peine, avec 18,5 % des intentions de vote, c’est très en dessous des scores auxquels ils nous ont habitués. L’Affaire du PenelopeGate étant passé par là on est à peu près certain que cette base de 18.5 % est solide.
  • La famille des pas contents qui votent FN
  • La famille des pas contents qui ne veulent pas voter FN.

On aurait pu y rajouter les pas contents qui s’abstiennent. En fait il s’agit surtout d’une grande partie des gens qui ne s’intéressent pas à la politique soit qui en sont déçus.

La Critique de l’UMPS, du système et du clivage gauche-droite qu’ils ne comprennent pas.

Ce « Ras le Bol » existe en version trash avec Marine Le Pen ; et en version soft avec Macron.

  • La Famille de la Gauche qui réunit 26 % de gens ayant voté aux primaires de la Gauche. C’est cette famille ayant pris de court les « pseudos-socialistes » qui avaient pourtant bien huilé cette primaire pour qu’elle donne Manuel Valls, vainqueur à l’arrivée.

Une situation amenée à se décanter

Difficile de dire quand, et comment, toujours est il que Mélenchon et Hamon ne pourront pas indéfiniment tenir leur « bastion » de gauche ; à eux deux ils totalisent 26 % de la population voulant une vrai alternance de gauche à laquelle ils aspirent depuis longtemps. Mélenchon souhaite que Hamon fasse le ménage dans ses rangs et, voulu ou non, c’est bien ce qui se produit au PS actuellement.

Il est de la responsabilité de Benoit Hamon de tenir bon, d’être patient et de rester fidèle à sa ligne. Quand bien même il est trop tard pour les prochaines élections, il faudra songer à l’avenir et à la restructuration de cette gauche socialiste pour les années à venir.

D’ailleurs qui sait, dans la dernière ligne droite, rien ne dit que Jean-Luc Mélenchon ne pourrait pas créer la surprise en se retirant pour le vainqueur des primaires.

Si les électeurs du Front de Gauche sont lucides comme je le pense, un glissement naturel de leurs votes pourrait s’opérer vers Hamon, gonfler la côte de ce dernier et redistribuer totalement les cartes au moment du scrutin.

Une perspective improbable au lendemain des primaires socialistes, mais qui n’est pas à exclure la veille du premier tour.

Publicités

3 commentaires sur “Et non, La Gauche n’est pas morte !

  1.  »
    Si les électeurs du Front de Gauche sont lucides comme je le pense, un glissement naturel de leurs votes pourrait s’opérer vers Hamon, gonfler la côte de ce dernier et redistribuer totalement les cartes au moment du scrutin.
     »

    La vrai lucidité, c’est que Hamon se retire pour laisser la place à ceux qui sont en bataille contre la politique du gouvernement depuis 5 ans, en campagne depuis 1 ans, qui ont réalisé un programme très complet, chiffrés,etc… et qui sont rester cohérent dans leur engagements contrairement au PS et à Hamon qui est illisible.

    Mais je ne doute pas que le PS, se croyant toujours seule détenteur de la gauche ne sera pas capable de mettre de côté son égo, gonflé entre autre par un scrutin qui dit plus sur le rejet de l’aile droite que sur la légitimation du parti comme représentant de la gauche dans son ensemble.

    J'aime

    1. Si il n’y avait que le rejet de l’aile droite comme moteur à ses primaires, Arnaud Montebourg aurait du l’emporter – soit le nombre de votants aurait été trop faible et Manuel Valls serait sortit vainqueur.

      Benoît Hamon était loin d’être le favori et pourtant il y a eu une « poussée » allant dans son sens pour un projet qui n’est donc pas si illisible que ça.

      Mais je suis d’accord avec vous, aujourd’hui Jean Luc Melenchon et Benoît Hamon pourraient l’un comme l’autre, se retirer pour le second : ça marche dans les deux sens.

      L’erreur de Jean-Luc Melenchon selon moi, c’est de ne pas avoir participé à ces primaires où il aurait eu de fortes chances de l’emporter pour devenir, non pas le candidat du PS, mais le candidat de « la Gauche ».

      En ne saisissant pas cette opportunité, il est tombé dans le piège tendu par François Hollande qui soutient, vous vous en doutez, Emmanuel Macron.

      J'aime

      1.  »
        L’erreur de Jean-Luc Melenchon selon moi, c’est de ne pas avoir participé à ces primaires où il aurait eu de fortes chances de l’emporter pour devenir, non pas le candidat du PS, mais le candidat de « la Gauche ».
         »

        Pour ma part, je ne crois pas un instant que Mélenchon aurait gagner quelque-chose à entrer dans les primaire du Parti Socialiste : Il y aurait perdu toute sa crédibilité d’une part et d’autre part l’appareil du PS aurait tout fait pour en profiter pour le dézinguer.
        Si cela avait fonctionner, cela aurait signifier la mort de la gauche, très clairement.

        Il suffit de voir qui voulait qu’il entre dans ces primaires pour voir que c’était bel et bien le but.
        Il suffit de voir ce que « participer au primaire » signifie techniquement aussi, les primaire du PS ne sont pas « open bar » .

        Mélenchon à décider d’être honnête, de respecter les règles et donc de ne pas participer à cela, peut être n’étais ce pas la meilleur stratégie, mais pour ma part, cette position me convient infiniment mieux. La société se meurt de tout ces politiques opportunistes.

        Ensuite, je ne suis pas du tout sûr que les électorats d’Hamon et de Mélenchon puisse s’additionner d’une manière ou d’une autre, je suis à peut près certain qu’une parti non négligeable des insoumis ne voterons plus PS, d’autre part, il n’est pas certain qu’un nombre non négligeable des élécteur d’Hamon ne soit pas tenter de « voter utile »(sic) pour le Banquier Macron.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s