Politique

Macron, comme un air de déjà vu…

Insaisissable, ni de droite – ni de gauche, le favori des sondages ne cesse de cultiver le doute aussi bien dans l’électorat que chez les analystes de la vie politique.

Suivant le camp dans lequel on est, on cherche à le pousser un coup à gauche, un coup à droite, mais ces tentatives ne font que renforcer le candidat « d’En Marche » qui se veut au delà des clivages !

La semaine dernière, le camp Fillon pensait avoir enfin réussi à faire la démonstration que Macron était la réincarnation d’Hollande grâce notamment au ralliement de Manuel Valls !

Cette stratégie semble payante puisque Fillon tend à remonter dans les sondages… mais pas suffisamment ! Si tout le monde voit bien que Macron et Hollande sont sur une ligne politique assez proche, cela n’explique pas pourquoi le candidat d’En Marche est toujours en tête des intentions de vote tandis que François Hollande sombrait dans les bas fond de l’impopularité.

A force d’enquêter sur le phénomène Macron, j’ai fini par en arriver à une conclusion ostensiblement différente : et si le modèle de Macron était en fait, un certain Nicolas Sarkozy …?

Un logiciel différent pour un résultat semblable

Si vous m’avez lu jusqu’ici vous devez vous demander ce que j’ai bien pu fumer pour arriver à une conclusion de la sorte et pourtant… je n’en suis pas arrivé là totalement par hasard.

Tout a commencé lorsque j’ai réalisé que nombre de mes connaissances ayant soutenu Sarkozy en 2007 avaient tendance à se tourner vers Macron en 2017.

Un choix étrange car, le positionnement supposé des deux hommes sur l’échiquier politique est assez éloigné :

  • Le premier était à droite, bien à droite, frôlant même l’extrême droite
  • Le second en revanche nous arrive de la gauche, la gauche flirtant avec la droite en somme, le centre.

Et pourtant ce glissement de l’électorat existe sans quoi Macron ne serait pas aussi haut dans les sondages.

Il y a un « phénomène Macron » qui parvient à ratisser large sur une grande partie de l’électorat comme avait su le faire Sarkozy en 2007, pour diverses raisons que nous allons tenter d’analyser ci dessous.

Une culture de l’ambiguïté

Si Sarkozy et Macron ont bien quelque chose en commun, c’est leur capacité à cultiver une certaine ambiguïté dans leur positionnement politique pour « ratisser large ».

La technique est toujours la même : s’ancrer dans un parti politique et faire campagne sur les terres du voisins.

Sarkozy était clairement identifié comme étant le candidat de la droite républicaine (UMP) ce qui ne l’a pas empêché de faire une campagne fortement ancrée à l’extrême droite. Ainsi l’électorat de la droite classique libérale lui était acquis de fait, quand l’électorat frontiste fut siphonné.

Macron quand à lui n’a pas pu faire exactement la même chose car entre temps l’électorat frontiste s’est senti dupé et s’est solidement ré-ancré au Front National.

Ainsi le candidat d’En Marche a pris l’étiquette socialiste (en devenant ministre de l’économie d’un gouvernement socialiste), pour ensuite faire franchement campagne vers la droite libérale. Ainsi il arrache une moitié du PS tout en allant chercher une part importante de l’électorat de droite.

Dans les deux cas, Sarko comme Macron, on notera une capacité à aller débaucher de tout les cotés pour entretenir l’ambiguïté. Sarkozy prônait l’ouverture en allant chercher Bernard Kouchner ou Fadela Amara , quand Macron débauche Robert Hue ou Philippe Douste-Blazy !

Ainsi l’on pourrait se poser des questions sur la cohérence du projet et les convictions profondes de l’un et de l’autre… Mais ça leur est égal car l’ancien Président et l’Ancien Ministre de l’Économie ont compris une chose essentielle : il y a, en France, un électorat qui n’est pas tout à fait à gauche ni tout à fait à droite mais qui se rassure en suivant la masse.

Ca n’est pas pour rien qu’on compare parfois les électeurs à des moutons.

La rupture avec soi-même

Macron et Sarkozy ont un autre point commun, tout deux sont capables de se porter en rupture avec eux même !

Souvenez-vous, en 2007, nous sortons de 12 ans de droite où Chirac a été président.

Pourtant, personne n’a prêté attention à l’agitateur Sarkozy qui se présentait en axant sa campagne autour du thème de la rupture !

Il était pourtant bien présent dans le gouvernement de Chirac : ministre de l’économie puis ministre de l’Intérieur soit deux fonctions qu’il a occupées en laissant une trace assez nette de son passage.

Et pourtant ce dernier n’a pas hésité à tacler subtilement le Président Chirac en se présentant avec sa campagne de « rupture ».

Macron fait à peu près la même chose ! Ministre de l’économie hyperactif de François Hollande, dans un gouvernement où on ne voit que lui pendant 2 ans !

Appliquant ses idées tout en trouvant le moyen de critiquer le président et le premier ministre. Il démissionne dans la dernière ligne droite pour dénoncer la politique qu’il a pourtant lui même mis en place… et se présenter ainsi en candidat de la rupture.

Toujours la même recette, pour un résultat exceptionnel puisqu’il aura permis à Macron, tout comme à Sarkozy, de capter à la fois l’électorat des déçus et l’électorat des satisfaits.

Le coté Bling-Bling qui s’assume

Qui n’a pas entendu parler de la Rolex de Sarko ? Ses Ray-Ban ? Ses vacances luxueuses sur le Yacht de son riche ami Bolloré ?

Bien sur il n’y rien de surprenant à ce que l’ancien président Nicolas Sarkozy menait un train de vie assez luxueux… En revanche, ce qui a plus frappé l’opinion c’était le coté assumé et décomplexé de cette vie bling-bling.

Un aspect d’autant plus déconcertant qu’il s’accompagnait même d’une forme de dédain et de mépris à l’égard de « l’homme du peuple ». Quand un homme refuse de serrer la main de Sarkozy au salon de l’agriculture ce dernier lui rétorque sans hésiter « casse toi pauv’ con » .

Un incident qui pourrait rappeler la séquence d’Emmanuelle Macron à Lunellà encore le banquier de chez Rothschild n’hésite pas à envoyer promener avec un certain mépris le jeune qui l’interpelle sur sa condition de vie difficile.

Dans les deux cas, on assiste à des hommes privilégiés, avec une vie assez aisée, qui laissent le choix entre l’adhésion à leur idées sans discuter soit le rejet purement et simplement comme des déchets.

Une stratégie payante pour Macron comme pour Sarkozy avec un effet double :

  • Tout d’abord le coté authentique et « vrai » qui plait beaucoup à une grande partie de l’électorat. Un président qui promet de vous aider est pour beaucoup, un hypocrite. Par conséquent un Président qui vous dit d’aller vous faire foutre, au moins il est honnête et ça plait (sauf à celui à qui c’est adressé… mais il ne représente qu’une voix).
  • L’autre aspect attractif du bling-bling, c’est qu’il permet au candidat de projeter sur lui même les rêves et les aspirations de chacun. Il y a une sorte de message caché dans la posture de Macron et de Sarkozy, un message de réussite et de succès que chaque électeur a l’impression qu’il lui est adressé personnellement.

Tout les électeurs de Sarkozy ont été touché lorsqu’il parlait de la France qui se lève tôt et tout les électeurs de Macron sont touchés lorsqu’ils entendent ce dernier parler de la France qui veut bosser.

Au final, chacun individuellement, se voit comme quelqu’un d’unique qui se sent compris par le président Bling-Bling qui va l’aider à être reconnu pour sa valeur.

Et c’est de la faute aux autres, qui sont tous des fainéants, assistés, que la situation dans le pays va mal.

Car il est plus facile, de miser sur l’orgueil de chacun pour obtenir une voix… plutôt que de les inciter à voter par humilité et dans un esprit de solidarité.

C’est pour toutes ces raisons…

… que j’en arrive à me demander si Emmanuelle Macron est réellement ce dont le pays aurait besoin.

Qu’il soit un très bon candidat à la présidentielle ne fait aucun doute, mais une fois la campagne passée, ça ne sera plus d’un candidat dont nous aurons besoin mais d’un président.

Or, si le positionnement diffère, sur une forme plus centriste, est ce qu’il va y avoir de réels changements sur le fond ? Et dans quel sens ?

Autant je puis comprendre le raisonnement Filloniste et sa politique très claire d’austérité qui répond à une certaine forme de logique libérale et implacable.

Autant je comprends également les raisonnements de Hamon et Mélenchon qui définissent un changement de société avec d’autres priorités. Recentrant la politique sur l’humain et non sur l’économie.

Autant à l’inverse je peine à voir ce que cherche à faire Macron à part être président. Une politique demi-molle de la continuité ? En marche donc, vers « un peu » plus de chômage, « un peu » plus de précarité ? Mais aussi « un peu » moins de pouvoir d’achat et « un peu » moins de déficit publique ?

Aller vers Macron aujourd’hui c’est estimer qu’il n’y a pas besoin de changements majeurs dans notre société comme si… son évolution, depuis 30 ans, était naturelle et qu’elle allait dans le bon sens.

Les politiciens proposant des choses aujourd’hui… ce sont toujours les même, toujours de belles promesses, encore et encore, du coup mieux vaudrait se tourner vers quelque chose de rassurant et qu’on connaît ?

Un Sarko-bis qui, à défaut d’avoir résolu quoique ce soit aux problèmes du pays, aura au moins eu le mérite d’animer la France pendant 5 années de politique spectacle grand guignolesque ?

A l’heure de la télé-poubelle et du divertissement bon marché, nombreux sont ceux qui se réjouissent à l’idée de ces cinq prochaines années où on va pouvoir rire devant les pérégrinations d’un clown à l’élysée, qui animera la vie politique en faisant beaucoup parler entre ceux qui l’aiment et ceux qui le haïssent.

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Macron, comme un air de déjà vu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s