Politique

Le Débat de BFM : pourquoi est-il faussé ?

Ce soir à 20h40, je serai comme beaucoup devant mon petit écran pour regarder la diffusion du débat sur BFM TV opposant les 11 candidats à la présidentielle.

Une occasion inespérée pour permettre à chacun de sortir du lot même si je n’y crois pas trop… car plus il y a de monde, plus le temps de parole sera court et moins les possibilités de se démarquer seront nombreuses.

Néanmoins il faut saluer l’initiative de BMF TV qui aura au moins le mérite de se lancer dans ce projet fastidieux là ou d’autres chaines auront choisi la facilité en « triant » les candidats.

Ainsi BFM TV peut mettre en avant le caractère démocratique et équitable du débat qu’elle organise puisqu’elle réunit sur un pied d’égalité l’ensemble des candidats.

Enfin… une égalité relative car en grattant un peu la surface, on s’aperçoit vite que sur le fond, ce débat est un peu biaisé.

Un débat partisan et orienté

17 minutes de temps de parole pour chaque candidat, c’est peu et on comprend assez bien la nécessité d’orienter les discussions vers des thèmes pré-définis.

Si TF1 et LCI avaient choisi de fixer des thèmes généraux en posant des questions ouvertes :

  • Quel modèle social pour la France ?
  • Quel modèle économique pour la France ?
  • Quelle place pour la France dans le monde ?

BFM TV a voulu donner un ton plus sérieux et rigoureux en posant des questions d’approfondissement qui débutent toutes par l’adverbe « comment » afin d’avoir des précisions sur la manière.

Et c’est là tout le problème, en posant des questions sur « la manière », BFM TV définit implicitement quels sont les objectifs et les priorités qui devraient être celles des candidats. Sauf que dans la réalité c’est un peu plus complexe.

Des questions définissants des bonnes et des mauvaises réponses.

Comment créer des emplois ?

C’est la première question du débat et, déjà, on sent bien qu’il y a un problème.

En effet elle place en enjeu principal la création d’emplois ; or si le but est purement et simplement la création d’emplois alors ce sont les candidats libéraux qui ont l’avantage.

Nous sommes dans un système mondialisé et concurrentiel où, pour créer de l’emploi, il faut libéraliser les entreprises, et leur donner plus de flexibilité.

La Main d’Oeuvre française coute trop cher aux employeurs et le système de protection social est un frein à l’embauche du coup les candidats libéraux comme Macron et Fillon n’ont qu’à proposer un allègement des contraintes à l’entreprise pour encourager l’investissement et l’embauche.

Dans les faits c’est très bien sauf que cela s’accompagne également par une précarisation des travailleurs.

C’est cette précarisation qui est au cœur des préoccupations des mouvements de gauche aujourd’hui. Que ça soit en augmentant le SMIC, en renforçant la protection sociale ou en instaurant un revenu universelle ; les courants de gauche cherchent avant tout à améliorer le quotidien des français qui n’est pas forcément lié au simple fait d’avoir un travail.

Accorder cette vision de gauche avec la nécessité de produire des richesses et de faire de la croissance, c’est bien là la préoccupation de la gauche.

Ainsi, BFM joue le jeu de la droite en posant la question en ces termes : « comment créer des emplois » ? La chaine oriente le débat en plaçant l’emploi au centre des préoccupations sans définir les conditions du dit emploi.

Ainsi Macron et Fillon pourront dérouler tranquillement leur discours de libéralisation, ou comment précariser plus pour créer plus d’emploi. Le candidat Hamon (pour ne citer que lui) aura plus de mal en revanche à accorder son analyse de raréfaction du travail avec sa proposition de revenu universel et la création d’emploi qui en découlerait.

Si BFM avait posé la question en ces termes : Comment lutter contre la précarité ? Ça aurait sans doute été plus compliqué pour Fillon et Macron de s’en sortir.

Comment mettre en œuvre votre modèle social ?

Je passe sur la deuxième question « Comment protéger les Français ? » qui est un thème sécuritaire plus proche de la droite mais où la gauche peut elle aussi tirer son épingle du jeu en montrant qu’elle n’est pas aussi laxiste qu’on voudrait le faire croire.

En revanche la troisième question est, elle aussi, très fortement orientée.

Il n’est pas question ici de savoir quel est le modèle sociale proposé par les candidats mais comment ils le financent et là encore on a un boulevard pour la droite libérale de Fillon et Macron.

Forcément lorsque deux candidats proposent de bousiller le modèle social pour réduire le déficit publique ; alors forcément il n’est pas très compliqué pour eux d’expliquer comment ils vont s’y prendre.

« – Mr Fillon ? Comment allez vous faire pour ne plus prendre en charge les frais médicaux et laisser les gens se démerder par eux même ? »

« – Facile, je leur ferai un doigt d’honneur. »

Évidemment je caricature un peu en exagérant mon propos mais l’idée reste la même. Un candidat libéral n’aura pas de grande difficultés à expliquer comment il mettra en place son modèle sociale qu’il veut réduit au minimum.

Et si on repensait le débat ça donnerait quoi ?

  • Comment libérer les individus de la précarité et des fins de mois compliqués ?
  • Comment réduire les inégalités allant croissants entre les individus ?
  • Comment rétablir un lien entre les français et lutter contre le communautarisme et le repli identitaire ?

Bien sur, mes questions sont probablement déconnectés de la réalité et des enjeux économiques de notre temps !

Liberté…Egalité…Fraternité… ça me rappelle quelque chose mais je ne sais plus trop quoi… Enfin une chose est sur : c’est que ce sont des priorités bien moins importantes que la croissance et la compétitivité 🙂

Publicités

Un commentaire sur “Le Débat de BFM : pourquoi est-il faussé ?

  1. « En effet elle place en enjeu principal la création d’emplois ; or si le but est purement et simplement la création d’emplois alors ce sont les candidats libéraux qui ont l’avantage. »

    La théorie libérale ne fonctionne que dans le cadre d’une concurrence libre & non faussée, hors ce n’est pas le cas dans nos démocraties socialistes issues du 3ième Reich.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s