Politique

Poutou et Arthaud, la blague de mauvais gout.

Des candidats proches du peuple

Hier soir, comme beaucoup j’étais devant mon poste à regarder le Grand Débat organisé par BFM-TV et Cnews.

Au cours de ce débat, un homme aurait marqué des points : Philippe Poutou le candidat du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste).

Ce dernier a su créer le buzz, en lançant des charges violentes à l’encontre des candidats François Fillon et Marine Le Pen.

Tout comme Nathalie Arthaud la candidate de LO, Philippe Poutou représente les classes populaires, la France d’en bas ; ainsi tout deux partaient avec un fort capital sympathie – ils ont un parlé vrai, et ils disent à voix haute ce que beaucoup de nos concitoyens pensent très fort.

Pourtant, après 3 heures de débat, j’en suis venu à me demander si leur place étaient bien sur ce plateau… et si ils ne desservaient pas la cause qu’ils étaient censés défendre ?

Des candidats qui n’en sont pas vraiment.

Que Philippe Poutou ne porte pas un costume sur mesure, ou qu’il s’exprime sans filtre n’est pas le problème en soit !

J’ai entendu certains commentateurs hier soir « railler » le candidat du NPA pour ces raisons ce qui est fort déplacé.

Soyons bien d’accord il n’y a pas de « petits candidats » ! En République il y a des règles permettant à chacun d’être candidat si elles sont respectés et c’est le peuple qui choisit son président à l’arrivée ; ainsi chaque candidat est à égalité face au suffrage universelle.

Néanmoins, ce qui me choque avec Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, c’est qu’ils oublient qu’en République ils y a des droits mais quelques devoirs également.

Si la règle leur permet d’être candidat, alors la moindre des choses c’est qu’ils honorent un minimum le statut qui est leur… Or Nathalie Arthaud n’a eu de cesse de répéter ces derniers jours qu’elle ne cherchait pas réellement à devenir présidente.

Pire encore, lorsqu’on lui demande pourquoi elle ne s’allie pas avec Philippe Poutou qui incarne une ligne proche de la sienne ; la candidate LO n’hésite pas à expliquer qu’elle voit là une occasion de doubler son temps de parole !

C’est absurde, l’élection présidentielle n’est pas censée être un exutoire, où chacun vient juste pour exprimer son propre ras-le-bol sinon c’est la chienlit ! De plus, les règles en vigueur sur le temps de parole sont très strictes et sont censés garantir une forme d’équité entre les candidats. Philippe Poutou et Nathalie Arthaud détournent ces règles en venant à deux pour dire la même chose.

Qu’aurions nous dit, si Pierre Gattaz, Liliane Bettencourt et Vincent Bolloré avaient décidé de présenter leur candidature pour venir témoigner de la difficulté de leur condition et de leur envie de partir en Suisse ?

C’est du même niveau.

Il y a un temps pour manifester et un temps pour choisir un président avec des idées et un programme ; Si Poutou et Arthaud souhaitent juste passer un coup de gueule, alors pourquoi ne font ils pas comme tout le monde en investissant les réseaux sociaux ?

Dévoyer la présidentielle simplement pour passer un message… c’est une pratique d’un autre temps et qui est beaucoup moins pertinente à l’ère du 2.0.

Pour couronner le tout, ils desservent leur camp.

Si il y a un adjectif qui me vient à l’esprit en pensant aux deux candidats suscités, c’est populiste.

Quand on qualifie Marine Le Pen de populiste c’est pour la dénigrer ; et pourtant là avec Philippe Poutou et Nathalie Arthaud on avait deux champions en terme de populisme.

J’ai été frappé du manque d’argumentation et du manque de cohérence dans leur propos. D’accord, ils n’ont sans doute pas fait de hautes études et on ne leur demande pas de faire de grandes démonstrations économiques.

Néanmoins, toujours tout ramener à « ces méchants capitalistes » qui ont tout le pognon et qu’il faudrait leur reprendre… c’est assez pauvre comme programme et ça traduit une une certaine naïveté.

D’ailleurs, on notera qu’aucune des solutions avancées par les autres candidats n’a trouvé grâce chez nos « candidats du peuple ».

On aurait pu s’attendre à ce qu’ils trouvent des points d’accord avec Jean-Luc Mélenchon ou Benoit Hamon, mais là encore ça n’est jamais arrivé ce qui me conduit à penser qu’il y a un autre problème chez Poutou et Arthaud : c’est leur sectarisme !

Ils ne sont pas contents, et de toute façon peut importe les efforts désespérés des uns et des autres pour essayer de trouver des solutions, ils ne sont pas contents quoiqu’il arrive.

Ainsi, ces deux candidats contribuent à renforcer la défiance du peuple vis à vis de ceux qui nous gouvernent. C’est grave, car ça ne fait que pousser les gens à l’abstention… et comment améliorer la condition des travailleurs si ces derniers ne prennent même plus la peine d’aller voter ?

Ce sectarisme s’illustre parfaitement par le refus de Philippe Poutou d’être sur la photo avec les autres candidats… Si ce dernier ne croit plus en la politique, ni en la démocratie, ne vaudrait il pas mieux qu’il reste chez lui afin de laisser plus de temps de parole aux candidats qui, eux, cherchent des solutions ?

En conclusion,

Idiots, sectaires et dangereux, voila l’image des travailleurs véhiculée par ces deux candidats. Des gens aliénés au travail, fiers de travailler encore et encore mais aimant se plaindre constamment sur leur sort par principe.

Imperméables aux compromis, aux propositions, et privilégiants de toute façon la voie de la violence pour se faire entendre.

Si Poutou et Arthaud ne sont pas des « petits candidats » de fait, une chose est sur, c’est qu’ils sont de « mauvais candidats » pour représenter les intérêts des classes populaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s