Média·Non classé·Revenu Universel

Vera, avatar de la destruction programmée du Travail

Hier, dans les médias, on nous présentait Vera l’intelligence artificielle développée par la société russe Stafory et capable de faire passer des entretiens d’embauche pour les grandes multinationales comme l’Oreal, Castorama ou encore Ikea.

Bien sur lorsqu’on aborde ce genre de sujet c’est toujours traité dans la rubrique « high-tech » avec un ton bon enfant et on conclut avec une note rassurante comme ces propos de Mikhail Chernomordikov, responsable de la stratégie chez Microsoft : « Vera ne doit pas être un substitut aux départements de ressources humaines traditionnels. »

Autrement dit on peut se laisser émerveiller par cette nouvelle innovation technologique mais ça ne sert à rien de s’inquiéter car au fond il restera un humain derrière.

L’art de nous prendre pour des buses.

Ne nous y trompons pas, les grosses multinationales ne sont pas du genre à investir dans des « gadgets » juste pour le plaisir de dépenser de l’argent et si, aujourd’hui Vera n’est pas suffisamment « intelligente » pour mener l’ensemble des phases du processus de recrutement toute seule, il ne fait aucun doute que c’est bien l’objectif recherché à terme.

Par ailleurs on peut comprendre l’intérêt de ces multinationales à recourir à une technologie qui ne connaîtrait ni la fatigue, ni la faim, et qui serait capable de comparer des centaines de profil avec la même objectivité à chaque fois.

Et puis Vera aurait l’avantage de ne jamais demander de congé payé, ni d’augmentation, elle n’aurait jamais besoin de se mettre en arrêt maladie.

Bien évidemment se pose la question étique d’un processus de recrutement totalement déshumanisé… mais celle ci sera vite tranchée avec le temps et la phase d’adaptation car le but d’une entreprise est de faire du chiffre d’affaire et non de perdre du temps avec des considérations humaines. Ainsi on assistera à une phase de transition où l’IA assistera un temps l’humain, avant de le remplacer progressivement.

La question étique, un leurre pour masquer le vrai sujet.

Une fois de plus, on élude la vrai question, le vrai sujet qui est la raréfaction du travail dans les années à venir. Sans arrêt on nous oppose l’argument que certains emplois disparaissent alors que de nouveaux apparaissent mais ne voit-on pas que le bond technologique que nous sommes en train de faire aujourd’hui est bien plus puissant que tout ce que nous avons connu jusqu’à présent ?

Les grandes inventions qui ont déclenché la révolution industrielle étaient des outils capables d’aider l’homme dans la production de richesse, de l’assister. Mais la robotisation et l’intelligence artificielle constituent un cocktail explosif visant non pas à améliorer les capacités humaines mais à les supplanter tout bonnement.

Tout les secteurs d’emplois, primaires secondaires et tertiaires, sont menacés à plus ou moins long terme de disparaître et ce jour là il ne restera plus que le capital pour espérer dégager de quoi vivre.

Bien évidemment cette perspective d’avenir est effrayante pour ceux qui ne tiennent pas les rennes du grand capital aujourd’hui, il est donc plus simple pour beaucoup aujourd’hui, de rester sur cette logique Macronienne qui laisse croire à chacun que « quand on veut, on peut »… reste à savoir dans dix ans, combien aurons réellement réussi avec leur « start-up ».

Ce qui est sur, c’est que l’homme si il veut continuer d’espérer trouver un travail dans les prochaines décennies, il devra compter sur d’autres atout que ses bras, ou son intelligence…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s