Politique

Le Rapport du GIEC, aussi alarmant qu’inutile.

Un rapport inquiètant

Lundi dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) rendait un rapport alarmant concernant le réchauffement climatique et ses conséquences dévastatrices pour les prochaines décennies.

Sans rentrer dans les détails on pourra citer la fonte des glaciers, l’élévation du niveau des mers, la désertification progressive de zones habitables et la disparition d’espèces qui n’ont rien demandé à personne.

Fichier

Pour résumer : ça craint grave

Si on ne réagit pas maintenant et qu’on laisse faire alors nous courons droit à la catastrophe environnementale.

Ainsi le message est bien passé sur toutes les ondes en début de semaine, seul hic : une étrange impression de déjà vu…

Bis repetita

Le problème c’est que ce n’est pas la première fois qu’on entend des discours alarmistes de ce type : « la planète est en danger bla bla réchauffement climatique bla bla trou dans la couche d’ozone etc etc » ; ça va faire plus de 30 ans qu’on nous explique que la planète se meurt si bien qu’au bout d’un moment on devrait être au courant.

Je n’étais pas né que déjà les verts se prenaient des gamelles aux élections présidentielles, et Nicolas Hulot survolait des trous perdus avec son hélicoptère bien crado – petit aparté d’ailleurs pour préciser qu’il a arrêté bien sur, je ne me permettrai pas d’accuser ce dernier d’être un escrologiste.

Ce n’est pas comme si les écologistes d’aujourd’hui ne faisaient pas attention à leurs déplacements comme Cécile Duflot qui part en vacances aux Maldives ou plus récemment notre ministre de la transition écologique François de Rugy lors d’un déplacement dans les Pyrénées.

Fichier

En gros, on explique au citoyen lambda qu’il doit partir au taff à pied pour compenser la production en CO² du ministre qui pollue à tour de bras pour démontrer au même citoyen lambda la nécessité d’abandonner sa voiture.

Mais cessons les mises au pilori outrageuses et revenons en au sujet qui nous intéresse à savoir : le rapport du GIEC.

La réaction à avoir face au réchauffement climatique

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de m’intéresser sérieusement au sujet, d’une part car l’actualité était saturée par la parution de ce rapport lundi dernier, mais aussi car des youtubers se sont réunis pour faire une vidéo à ce sujet.

L’initiative est louable, d’autant plus que cette vidéo renvoie à un site très intéressant car il propose une liste d’actions à mener pour agir concrètement contre le réchauffement climatique annoncé par le GIEC.

On retrouve bien évidemment dans ces actions les poncifs de l’idéologie écologique du moment comme les fameux « repas sans viande », mais aussi des idées toutes simples et moins connues comme le fait de télécharger l’application « BuyorNot » ou de penser à coller un « stop pub » sur votre boite aux lettres.

Évidemment, ce site liste les actions de façon péremptoire mais il a au moins le mérite d’exister.

Je pourrai en rester là, à vous conseiller de suivre les recommandations du site en attendant que la planète aille mieux, mais il y a toujours un petit quelque chose qui coince et qui me pousse à poursuivre cet article.

Une goutte d’eau…

Quand on prête une réelle attention au rapport du GIEC, on ne peut qu’être étonné en constatant l’écart entre la catastrophe imminente annoncée, et les « solutions » évoquées.

On ne parle pas d’un petit coup de chaud datant de l’année dernière qu’on pourrait endiguer en laissant le frigo ouvert… non on parle d’un phénomène remontant à l’aube de nos sociétés « post-industrielles » et qui s’inscrit à l’échelle d’une planète !

Fichier

Qu’on le veuille ou non, le réchauffement climatique est étroitement lié à deux variables que sont la population mondiale d’une part, et notre modèle de société d’autre part.

Or pour agir sur ces deux variables il convient forcément de prendre des décisions à l’échelle de la planète qui sont loin d’être à l’ordre du jour comme réguler la population mondiale soit bouleverser l’ordre établi en renversant le modèle capitaliste actuel.

Du coup les avancées écologiques ne se résument qu’à des micro-actions isolées faites par des minorités activistes qui croient en ce qu’elles font, mais qui refusent d’admettre leur propre impuissance.

Lorsque je me résous à marcher plutôt qu’à prendre ma voiture, ou lorsque je décide de faire un repas sans viande, concrètement quel impact ais-je sur le réchauffement climatique ? Combien de temps donné-je à la planète ?

Lorsque l’on remet en cause le caractère dérisoire de ces actions, on est vite assimilé aux climatosceptiques, on est montré du doigt comme étant de ceux qui sont responsables du dérèglement climatique par leur inaction.

Mais il n’en est rien, la responsabilité de l’impact humain sur l’environnement incombe à l’humanité toute entière, et agir individuellement (ou en petits comités écologistes) ne sert à rien si ce n’est à se donner bonne conscience.

…dans un océan de conneries

Car nous vivons dans un monde régis par des Etats, des gouvernements et des dirigeants ; ce sont eux qui ont la capacité de fédérer leur peuple vers un but commun.

Face à un enjeu planétaire comme celui du réchauffement climatique, nos dirigeants ont la responsabilité de s’unir, et de prendre des mesures collectives pour contrer la menace qui pèse sur l’Humanité.

Or ces derniers ne le font pas car ils sont soumis au système capitaliste qui entraîne la concurrence : si demain le peuple français choisissait de ne plus produire de voitures alors quoiqu’il arrive un autre pays comme l’Allemagne se ferait une joie de les produire à notre place.

Si l’Union Européenne toute entière décidait de renoncer à la production de voitures alors nous roulerions en américaine.

Au final, chaque Etat est l’otage de son voisin, condamné à poursuivre la voie de la croissance sous peine d’être écrasé par la concurrence mondialisée.

Pour s’en convaincre il suffit de regarder pas plus loin que sur le compte twitter de notre cher président qui réagit suite à l’annonce de la parution du rapport du GIEC.

…………..

………

Voila, ça s’arrête là et ça veut tout dire… d’un côté on a le GIEC qui fait un rapport annonçant l’arrivée imminente de la fin du monde dans 20 ans à tout casser.

De l’autre on a le président de la république française qui balance à la va vite un slogan par tweet qui ressemble à une vieille punch-line du Capitaine Planète

Bon dès le lendemain il est déjà passé à autre chose en tweetant sur la frenchtech

À noter d’ailleurs que le rapport du GIEC est vite sortit de l’actualité pour laisser place à un sujet de la plus haute importance (lol) qui nous aura tenu toute la semaine : Le REMANIEMENT MINISTÉRIEL !

Ah on pourra dire que ça en aura fait couler de l’encre, et vas-y qu’un tel refuse tel poste, et qu’un autre menace de démissionner si il n’a pas tel ou tel poste… toute la semaine un florilège d’infos et d’intox à savoir qui aura le plus gros portefeuille ministériel de Pierre, Paul ou Jacques.

Eh oui sauf que moi, comme un con, j’en suis encore à m’interroger pour savoir si j’aurai assez de crème solaire pour tenir ces 20 prochaines années, et si je peux finir peinard mon pâté resté dans le frigo sans risquer de déclencher un séisme au Pérou.

La conclusion que j’en tire c’est que soit le rapport du GIEC est fortement alarmiste pour rien vu qu’il n’empêche pas nos dirigeants de dormir ; soit au contraire il est crédible et authentique mais nous trouverons le salut dans ce fameux remaniement ministériel qui va tous nous sauver…

A mon humble avis, c’est un mélange des deux… j’ai tendance à croire que le rapport du GIEC est authentique et crédible, mais qu’il n’empêche pas nos dirigeants de dormir…

Sans doute que Trump, Macron et les autres ont tout misés sur le fait que moi, citoyen lambda, j’allais arrêter la viande…………. ÇA CRAINT GRAVE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s