Politique

Prix du gazole : pourquoi nous devons tous participer au blocage du 17 novembre !

Depuis quelques jours, il n’est question que d’une chose sur les réseaux sociaux : le prix du gazole qui atteint des valeurs records et qui semble bien ne plus vouloir redescendre.

Pour expliquer ces hausses qui durent depuis des mois et des mois il y a deux causes :

1°) La variation du prix du baril de pétrole qui varie en fonction de l’offre et la demande comme dans n’importe quel marché financier.

2°) La hausse des taxes décidée par l’état qui aurait pour objectif d’opérer une transition énergétique.

Ensemble ces deux facteurs ont un effet ravageur sur le pouvoir d’achat, car la taxe appliquée par le gouvernement est un pourcentage !

Du coup en toute logique, à partir du moment où le prix du baril augmente alors quoiqu’il arrive le gouvernement perçoit plus au travers de ses taxes.

Sauf que là, en plus de cette augmentation mathématique, le gouvernement a décidé de d’augmenter le taux qu’il perçoit lors de la consommation de gazole jusqu’à plus de 60 %

Pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’une hausse de prélèvement sur un prix en hausse créé une maxi-hausse pour le consommateur pris à la gorge.

« Manque plus qu’une taxe sur les taxes et c’est le jackpot ! »

Du coup, les citoyens déjà fortement susceptibles lorsqu’on évoque la question du pouvoir d’achat, commencent à s’agacer au point de vouloir bloquer la France le 17 novembre !

Un président vert, des automobilistes verts de rage

De son côté le président assume, si il augmente les taxes comme il le fait c’est dans un souci écologique.

Sur ce point on ne peut que lui donner raison, en effet la consommation de gazole ça pollue et il est nécessaire d’effectuer une transition écologique si on veut éviter la catastrophe climatique annoncée par le GIEC.

Le problème c’est qu’une fois encore cette transition écologique se fait au détriment des plus précaires et continue d’accroître les inégalités.

Concrètement, en augmentant la taxe sur le gazole, on s’attaque directement à une population modeste, qui vit en banlieue soit en milieu rural, et qui n’a d’autres choix que d’utiliser sa voiture pour se déplacer.

Cette population déjà fortement éprouvée par la politique macroniste, va devoir dépenser toujours plus pour continuer à se déplacer, ne serait-ce que pour travailler.

Le président dans un souci de faire reluire son image d’écologiste, n’hésite pas à faire porter sur monsieur et madame tout le monde – ceux qui ne sont rien – le poids de la transition écologique.

Soit vous êtes un de ces « méritant » qui pourra payer son gazole, soit changer de voiture ou carrément de logement pour se rapprocher de son lieu de travail.

Soit vous faites partie de cette « frange inutile » de la population tout juste bonne à aller se faire former (à pied car faut pas déconner)…

Macron dans sa logique implacable réduisait déjà les aides pour « ceux qui ne sont rien », tout en augmentant les taxes, mais voilà qu’aujourd’hui il les incite également à garer leur voiture qu’ils ne méritent probablement pas car… quelque part… ils polluent son air pour rien (ben oui le pauvre respire mais il ne rapporte rien en terme compétitivité).

Qu’importe le fait que TOTAL obtienne l’autorisation de faire un forage dans un écosystème unique

Les dirigeants de TOTAL font partie de cette élite chérie et protégée par Macron.

Alors que la femme de ménage qui bosse comme une acharnée en gagnant une misère… au fond… Macron se fiche de savoir si elle y va en voiture, à pied ou en trottinette, car de toute façon c’est pas avec des toilettes publiques propres au fin fond de l’Ardèche qu’on va rafler des marchés aux chinois.

Macron se défend régulièrement lorsqu’on lui parle de la théorie du ruissellement et on comprend mieux sa logique quand on repense à son exemple sur les premiers de cordée.

Un homme de droite prétendra que donner plus d’argent aux riches, cela permettra que tout le monde en profite à termes (on y croit ou on y croit pas).

Pour Macron, peu importe que l’argent ruisselle ou non, au fond pour lui les classes populaires sont autant de lest qu’il convient de lâcher pour pouvoir faciliter l’ascension des riches.

« En même temps l’air est plus pur en altitude ! »

Ainsi en augmentant les taxes sur le gazole et en assumant avec autant de force ses décisions, il confirme son mépris pour les plus démunis et son soucis pour l’écologie.

Les pauvres finiront par déposer leur voiture et devront se démerder autrement pour permettre aux plus aisées d’avoir un air plus sain à respirer. 

La gauche bobo au secours de Macron ?

A l’heure où je vous parle, on commence à entendre une « petite musique » comme quoi le mouvement du 17 novembre serait récupéré par l’extrême droite et que pour le coup… il ne faudrait pas participer à ce blocage.

Il est vrai que Marine Le Pen est au plus bas depuis son échec à la dernière présidentielle et qu’elle ne serait pas la première à vouloir faire de la récupération politique pour redorer son blason.

Mais au bout d’un moment, où est le problème ?

Participer à un mouvement de blocage auquel participe la représentante d’un parti n’a jamais contraint qui que ce soit à adhérer aux thèses du parti en question ou à voter pour ce dernier.

Il y a en France un ras-le-bol généralisé qui prend de l’ampleur et qui amènera forcément à une forme de convergences des luttes sur des points déclencheurs précis.

Bien sur, tout le monde n’est pas forcément contre les taxes sur le diesel et on peut même estimer pour des raisons environnementales qu’elles sont une bonne chose…

Sauf que derrière le cas particulier des taxes sur le carburant, il y a en filigrane toute la problématique du pouvoir d’achat, d’une France à deux vitesses entre les citadins et les ruraux, entre les classes aisées et les classes plus modestes qui sont peu à peu asphyxier par une politique foncièrement injuste.

Une politique qui ne cesse de s’asseoir sur les principes de solidarité et de partage sur lesquels reposent le vivre ensemble.

Alors oui, il faut aller manifester le 17 novembre et bloquer la France ! Pas pour défendre le gazole en particulier, ni pour soutenir le RN ou je ne sais quel parti.

Non il faut manifester simplement pour dire une bonne fois pour toute à ce président qu’au delà de son cercle proche de golden boy, il y a d’autres gens !

Des gens qui ne l’envient pas mais qui ne qui le jalousent pas non plus.

Des gens qui se foutent de la place qu’ils ont sur cette fameuse cordée, et qui en ont marre de recevoir des leçons sur ce qu’ils sont et sur ce qu’ils devraient être.

Des gens qui veulent simplement pouvoir vivre, en ayant un toit, de quoi manger et de quoi se déplacer.

Il devient urgent que ces gens venant de gauche, de droite ou de je ne sais où, puissent se faire entendre pour faire comprendre à ce président qu’il ne peut pas gouverner ce pays en se contentant de faire du tri sélectif au sein de la population.

Sans quoi on peut continuer à attendre, en se regardant tous dans le blanc des yeux, et en laissant la Macronie prospérer pendant 5 années de plus.

Publicités

2 commentaires sur “Prix du gazole : pourquoi nous devons tous participer au blocage du 17 novembre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s