Politique

Macron doit partir.

C’est l’histoire d’un golden boy au look de jeune premier à qui tout réussi !

Fils de médecins, issu d’un milieu bourgeois et jouissant d’une certaine culture traditionnelle classique, Emmanuel Macron fera ses études dans la prestigieuse École Nationale d’Administration (ENA) avant d’intégrer l’Inspection Générale des Finances.

Macron partira ensuite pour les Etats-Unis ou il effectuera un stage pour la banque Rothschild avant de revenir en France où il entamera son ascension politique jusqu’au sommet de l’État français.

Un modèle de réussite et un exemple de « mondialisation heureuse » : un enfant bien-né avec une tête bien faite et un parcours bien rempli.

Résultat de recherche d'images pour "les trois fées cendrillon"
                                                              – Je lui fais le don de la beauté                                                                                                                             – Et moi je dis qu’il aura une belle voix                                                                           – La bonté c’est useless, vaux mieux un billet

À priori il avait toutes les cartes en main pour réussir et pourtant quand on voit la tournure des événements et le contexte actuel, il semblerait que quelque chose coince.

Un mauvais diagnostic.

Au départ, Emmanuel Macron se rend bien compte que quelque chose ne va pas dans le pays :

  • défiance du peuple à l’égard de la classe politique
  • montée des populismes
  • clivage gauche droite devenu désuet

Le chantre de la start-up nation a senti poindre la vague du dégagisme et a décidé de surfer dessus aux dépens des courants dit extrémistes.

Ce dernier se payera même le luxe de publier un livre intitulé Révolution, comme si il était un peu le Che Guevara des marchés financiers.

Résultat de recherche d'images pour "revolution macron"

Le seul problème étant que si il a su cerner un élément du problème : vieille gauche et vieille droite se livrant une bataille d’apparat ; il est en revanche, passé totalement à côté d’un problème bien plus profond en France qui est un désaccord fondamental d’une partie importante de la population sur la politique économique menée depuis des décennies.

Fichier
« J’ai enlevé la taxe d’habitation quand même ! :O »

L’Union Européenne remise en question

Le 29 mai 2005, les Français rejetaient largement par référendum le projet de traité constitutionnel européen passé en catimini par Nicolas Sarkozy.

Puis en 2012 les français votent pour François Hollande garantissant une renégociation des traités lors de sa campagne.

Enfin 2017, voit la victoire d’un Macron qui fait à peine plus de voix au premier tour que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ayant une ligne plutôt hostile vis à vis de l’Europe actuelle.

Ça n’est pas tant l’Europe de la paix, de la fraternité et du partage qui est remise en question, mais l’Europe des marchés qui conditionnent nos politiques économiques vers toujours plus de rigueur, d’austérité et d’inégalité dans le partage des richesses.

Quand Macron explique comment il s’est débarrassé du vieux clivage et qu’il va pouvoir optimiser la France pour prendre fièrement sa place en Europe, il ravit sans doute ses partisans, les premiers de cordées qui en avaient marre de ce jeu grotesque entre le PS et l’UMP qui freinait la transformation néo-libérale du pays ; mais à aucun moment le président ne réalise qu’il a comblé une micro-fissure, en manquant la fracture beaucoup plus large à côté.

Le pompier pyromane

D’abord, Macron a commencé par faire disparaître le vieux clivage opposant le PS et l’ex-UMP.

Il espérait en tirer un bénéfice politique et, quelque part, il a réussi puisqu’il est devenu président.

Mais ce faisant on peut se demander si il n’a pas détruit au passage un des derniers fusible du pays puisqu’il a finalement réussi à agglomérer toutes les colères contre lui seul !

On peut supposer que si Fillon était passé, alors on aurait eu un nouveau candidat PS le coup d’après et l’on aurait pu ainsi continuer ce manège d’alternances stériles.

Mais admettons que l’ancien monde était d’ors et déjà condamné…

L’autre erreur d’Emmanuel Macron aura sans doute été de trop jouer sur la diabolisation des partis « extrémistes » et en même temps d’accélérer trop promptement sa transformation souhaitée du pays.

Le résultat on le connaît : la crise des gilets jaunes !

Que sont les gilets jaunes au fond si ce n’est une cristallisation de tout un peuple, perdant de la mondialisation, qui se revendique apolitique car on lui martèle du matin au soir et depuis des années, qu’il vote potentiellement mal.

Le Rassemblement National c’est pas bien…mais la France Insoumise non plus… et Benoit Hamon est un fou utopique et le vote blanc de toute façon ça compte pas… etc etc

En bref les partis politiques sont tous pourris sauf La République En Marche qui serait le seul vote responsable face aux enjeux actuels ?

Eh oui mais toute cette population qui souffre de précarité, qui voit son pouvoir d’achat baisser et qui crève de faim alors qu’on lui répète inlassablement que si elle ne vote pas pour le parti unique LREM alors elle serait forcément une France idiote, irresponsable et stupide…

Qu’à cela ne tienne, les Gilets Jaunes traduisent bien l’envie de révolte qui sommeillait depuis quelques années dans le pays et qui a fini par exploser alors qu’elle était mise au pied du mur par Jupiter et son pragmatisme déshumanisé.

Volte face pathétique

Il a répété qu’il comptait garder le cap, il est resté droit dans ses bottes, se refusant à donner l’image du président qui recule.

Ce faisant le président voulait avant tout prouver à sa base électorale, cette « France qui va bien », qu’il n’était pas comme Hollande ou Sarkozy, que lui au moins il tiendrait la feuille de route d’une bonne gestion économique :

  • Moins de déficit et de service public
  • Cadeaux aux plus aisés afin de les encourager à venir investir par chez nous.
  • Et prélèvements sur le dos des classes moyennes et populaires qu’on endort en leur vendant le « french-dream ».
Résultat de recherche d'images pour "macron traverser la rue"
« Y a qu’à traverser la rue ! hop hop hop et tu peux te payer un costard ! »

Sauf qu’à trop tirer sur la corde, les français ne sont pas dupes… ils voient bien qu’on leur promet un monde meilleur depuis des décennies mais que dans les faits ce ruissellement n’arrive jamais.

La colère monte, elle gronde avec ce sentiment derrière que de toute façon, le chaos ça sera pas pire que la situation actuelle.

On rit jaune en voyant aujourd’hui le défilé des partis d’oppositions invités à Matignon pour chercher une solution afin de « sortir de la crise ».

Ça n’est pas si bête après tout, écouter les partis d’opposition et les corps intermédiaires, ça aurait pu aider le président à avoir une vision plus globale sur l’Etat du pays (qui ne se limite pas aux quartiers bobos parisiens).

Résultat de recherche d'images pour "carte france vu par macron"
Carte de France selon Macron

Mais n’est-ce pas trop tard ? Et n’est-ce pas grotesque alors que le président mettait en garde les gilets jaunes sur la récupération supposée des dits partis il y a quelques jours encore ?

Pour en arriver à tel point de parjure, il faut que vraiment la situation soit tendue et on peut s’attendre à une suite de renoncements dans la politique menée.

Mais du coup, le président est-il encore à sa place à l’Élysée ? Serait-il cohérent pour Macron de rester à la tête de l’État tout en menant une politique contraire à celle qu’il menait jusqu’alors ? N’importe qui pourrait jouer ce rôle de président godillot… n’importe quel français, à ceci prêt que Macron est le français qui aura démontré à quel point il était capable de se planter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s