Local·Politique

Le ministre de l’agriculture Didier Guillaume : un poivrot pas comme les autres.

Un soir au bar avec mon ami Jacky alors que nous descendions notre énième verre de rouge en refaisant le monde, je me permis une remarque qui ne manqua pas de faire sourire le tenancier : « je devrais y aller mollo sur l’alcool,  je risque de pas retrouver le chemin pour rentrer »

Jacky, tout bon vivant épicurien qu’il est, s’empressa de me resservir en rétorquant : « T’inquiète donc pas !  C’est pas de l’alcool, c’est que du raisin ! »

Il est si drôle Jacky, et grâce à lui on s’en est tapé des barres ce soir là.

D’ailleurs souvent je la ressors celle là : c’est pas de la bière mais du houblon ! Et le guignolet kirsh ? De la cerise pardi !

Comme une façon de se déculpabiliser car boire un petit verre de temps en temps après tout, ça fait pas de mal.

Le seul problème, c’est quand ce genre de réplique survient dans le discours d’un type qui occupe un grand ministère… et qu’il est visiblement incapable d’en saisir le second degré !

Résultat de recherche d'images pour "didier guillaume"
« Ahhh mais je vous assure ! Je ne consomme rien en dessous d’au moins 12° « 

La santé publique, un business comme un autre.

Les fumeurs le savent bien, la santé publique c’est avant tout un bon prétexte pour racketter les français !

Tout les ans ils ont le droit à leur petite augmentation du prix du paquet… quelques euros pour bien les faire chier, mais pas assez pour les dissuader d’en acheter.

Une bonne manière pour l’état d’entretenir la dépendance tout en se parant d’un joli drap de vertu et dans cette logique le gouvernement a présenté officiellement « un plan national contre les addictions« .

Ce dernier a beau annoncer l’augmentation du paquet de cigarette à 10 € pour 2020 € (ce qui permettra à coup sûr d’appauvrir un peu plus ces « salauds » de fumeurs), il reste très critiqué par de nombreux experts notamment à cause du volet sur l’alcool qui est aussi fin qu’une feuille de papier à cigarette (pour rester dans le thème)

Aucune mesure forte prise contre l’alcool dont le potentiel addictif ne pose visiblement pas de soucis pour le gouvernement actuel.

Pourtant on ne compte plus le nombre de décès, d’accidents et de problèmes de santé liés à l’alcoolisme mais non, comme bien souvent l’alcool passe à la trappe des mesures contraignantes.

Est-ce une nouvelle victoire du lobby des vins dont l’ancienne déléguée générale travaille dans le cabinet d’Emmanuel Macron ?

Tut tut… impossible car notre cher Didier Guillaume l’a affirmé : « Moi, ministre de l’Agriculture, les lobbys ne pourront pas franchir la porte de mon ministère[…]enfin…je n’ai pas voulu dire que je ne recevrai pas de lobbys, mais seulement que je prendrai mes décisions en toute indépendance » Ah beh avec ce genre de déclaration c’est sur, on est rassuré !

Résultat de recherche d'images pour "guillaume didier"
« Je ferai le tri entre les pots de vins, les bons et les mauvais cépage, en toute indépendance ! »

Pas de pot de vin… juste un verre

Une semaine après l’annonce du plan gouvernemental, notre cher ministre se lâche sur les plateaux télés, en balançant quelques banalités à la hauteur de mon pote Jacky (mais si souvenez vous, mon ami de comptoir cf : plus haut)

Résultat de recherche d'images pour "didier guillaume bfm tv"
« Le vin, c’est pas un alcool comme les autres »

Ah bon ? Comment-çà ? Le vin blanc, rouge ou rosé ? Et une boisson à base de vin comme le porto ou la sangria, ça passe ?

Pourtant j’ai toujours entendu dire qu’il y avait moins d’alcool dans la bière que dans le vin du coup en termes de dangerosité on peut supposer que le premier est moins dangereux que le second ?

Expliquez nous Didier allons !

« Oui, faut expliquer car là je me demande encore si je ne me suis pas planté »

Fort heureusement le ministre ne se démonte pas et développe son propos :

« C’est dramatique, mais je n’ai jamais vu, à ma connaissance, malheureusement peut-être, un jeune qui sort de boîte de nuit, et qui est saoul, parce qu’il a bu du Côtes-du-Rhône »

Notez la finesse du propos de cette élite de la nation française… alors déjà on a des doutes sur le fait que Didier Guillaume fréquente des jeunes en sortie de boite… bien qu’il ait raison dans son observation le Côtes-du-Rhône n’est pas l’alcool le plus répandu en boite.

Non là où c’est à mourir de rire c’est que le ministre se désole qu’il n’y ait pas plus de jeune rendu ivre par le vin en question !

Pour Didier Guillaume ce n’est pas tant le fait d’être ivre qui pose souci (et le risque d’accident qui s’ensuit), mais le choix de la boisson !

Résultat de recherche d'images pour "bébé biberon"
Bon il conseille aussi d’éduquer la jeunesse à boire du bon vin… mais bon…  allez pour cette fois, on dira qu’il avait un peu trop forcé sur la sauce du boeuf bourguignon »

On peut résumer ainsi la position du ministre : « Pochtronez vous la gueule autant que vous voulez du moment que le vin soit bon hip ! »

Évidemment les professionnels de la santé réagissent très vite pour souligner le fait que tous les jours il y a des comas éthyliques au vin

Le ministre qui confond l’intérêt commun et son intérêt personnel.

Le problème c’est que ça n’est pas parce que « Môssieur Guillaume boit du bon vin » que le vin en question ne pose pas de problèmes…

Bien sur il y a des façons différentes de consommer l’alcool, entre celui qui déguste un bon verre de temps en temps et celui qui se bourre la gueule au cours de « binge drinking » endiablés (Le binge drinking, biture express ou la beuverie effrénée est un mode de consommation excessif de boissons alcoolisées sur une courte période de temps, par épisodes ponctuels ou répétés.)

Mais déjà, on sort du domaine de l’addictologie : un verre de rouge par jour, c’est déjà plus de l’accoutumance qu’une murge une fois dans sa vie.

Ensuite on notera l’absence totale de corrélation entre le type d’alcool et la façon dont il est consommé : il existe bien des amateurs de bières qui dégusteront avec tout autant de subtilités les différentes variétés et à contrario, ceux qui s’enfileront des litrons de villageoise sans faire la différence entre un grand cru et de la piquette.

Une Didierguillaupétrie : Les voitures polluent… mais les Renault, c’est pas des voitures comme les autres ! (fleuron de l’industrie française etc etc)

Pour autant, à l’heure du grand débat national où l’on est en droit d’attendre un peu d’écoute de ceux qui nous gouvernent, Didier Guillaume persiste et signe « Je ne suis pas recadrable, moi […] Dans un repas gastronomique, on boit du vin, il a une place à part, c’est culturel »

Ben voyons retour à la fameuse lutte des classes… du coup se pochtronner la gueule avec Didier Guillaume autour d’une grande table gastronomique c’est bien, par contre si tu n’as pas les moyens d’aller ailleurs qu’à la pataterie, alors pour toi la consommation d’alcool c’est mal.

Ne me reste plus qu’à savoir quelle marque de cigarette (ou de cigare ?) affectionne notre cher ministre de la culture afin de déterminer ce que je devrai moi même fumer pour faire partie des gens biens.

Ce qui est sur, c’est que notre ministre de l’agriculture et de l’alimentation est soit un serviteur docile des lobbys du vin, soit un abruti bourré tout court de préjugés et totalement irresponsable…

Compte tenu de sa prise de position sur les lobby… libre à chacun d’en déduire quel type de personnage est Didier Guillaume.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s