Politique

Le RIC, une fausse bonne idée ?

On l’entend sur toutes les lèvres depuis le mouvement des gilets jaunes, c’est le truc tendance auquel se raccroche toutes les forces d’opposition, d’ailleurs la France Insoumise vient de le faire entrer à l’assemblée nationale : le RIC (référendum d’initiative citoyenne).

En gros c’est un dispositif permettant à des citoyens réunissant un certain nombre de signatures permettant la mise en place d’un référendum sur telle ou telle loi sans l’accord du président ni du parlement.

En somme c’est la démocratie directe qui s’exprime à travers ce dispositif qui permettrait aux citoyens de participer à la vie politique sans devoir attendre les échéances électorales classiques.

Pas étonnant que tout le monde soit pour le principe, d’ailleurs un sondage Ifop publié le 6 février 2019 indique que 77 % des Français se disent favorables à un RIC, même si c’est dans la majorité présidentielle que l’engouement est le moins grand (logique)

Pourtant quand on y regarde de plus près, on peut se poser la question de savoir si le RIC est réellement pertinent pour répondre à la crise que traverse le pays.

https://i2.wp.com/passerelle2.ac-nantes.fr/boussay/wp-content/uploads/sites/395/2016/06/DSC01800.jpg
Pour ou contre la couleur des rideaux de l’élysée ! – un exemple de RIC parmi tant d’autres

Un outil avant tout démagogique

Ce qui est marrant avec le RIC, c’est de voir comment il a fini par arriver sur le tapis.

Au départ, le mouvement des gilets jaunes est un ras le bol général d’une partie de la population suite à la politique contestable mise en place par le président de la république.

Pouvoir d’achat en berne, injustice fiscale, les français voient bien qu’il y a quelque chose de pourri dans ce pays ; là où certains continuent d’amasser des fortunes pendant que la majorité peine à joindre les deux bouts.

La fracture sociale se révèle au grand jour avec d’un côté ceux qui réussissent et qui amassent toujours plus de richesses d’un côté, et de l’autre l’immense majorité qui se rend bien compte que même si elle s’acharne à travailler toujours plus, elle ne parviendra jamais à recoller les « premiers de cordées »… l’ascenseur social est en panne et si vous ne naissez pas dans un milieu d’hyper-riche, vous finirez inéluctablement par rejoindre la masse des précaires.

VIDÉOS. "Je suis le fils de cette crise", assure Emmanuel Macron lors d'un débat-citoyen
« Personne dans ma famille n’était banquier ni politicien ni énarque[…] » – Explique Macron à Bourg de Péage (26), lui qui vient d’un modeste milieu de médecins
Seulement les gilets jaunes ont vite compris qu’ils ne parviendraient pas à changer profondément une société sclérosée par un modèle économique décadent : trop de choses ne vont pas, trop d’injustices, trop d’erreurs accumulées par un pays trop engagé sur une autoroute libérale filant droit dans le mur.

Alors le président invite non sans un certain cynisme les français à faire part de leurs doléances : « vous n’êtes pas contents ? Mais pourquoi ? Que voulez-vous au juste ? Faites des propositions »

Face à l’ardeur de la tache, les gilets jaunes eurent cette idée de génie : le RIC !

Si l’on ne peut demander qu’une chose, autant demander la possibilité de pouvoir demander plein d’autres trucs !

Aladdin : Disney prépare un préquel en live-action sur le Génie
« Je fais le vœu d’avoir une infinité de vœux »

Un RIC non assumé ?

Sur le principe d’une démocratie directe et participative, tout le monde semble d’accord… mais très vite déjà on entend les premières voix qui s’élèvent pour critiquer.

On voudrait limiter le dit-RIC pour éviter des votes « malsains » comme le rétablissement de la peine de mort ou le retour sur le mariage gay.

Eh oui mais cela pose tout de même un gros problème car le fondement du RIC est justement de laisser le peuple prendre position sur le sujet qu’il souhaite.

Dès lors qui pourrait avoir la prétention de dire que tel ou tel vote est moralement acceptable ? Qui pourrait avoir un avis prévalant sur celui du « peuple »

Résultat de recherche d'images pour "poutine vladimir"
« Chez nous on conseil les électeurs avant de voter… pour un vote éclairé »

A priori tout le monde semble s’accorder sur le fait que le rétablissement de la peine de mort est un tabou sur lequel nous ne reviendrons jamais dessus…

Eh bien soit ! À ce moment là, nous ne devrions justement pas avoir la moindre crainte qu’il soit soumis au RIC car il ne devrait pas avoir la moindre chance de passer !

Au fond ceux qui proposent ces « RIC light » semblent avoir peur de ce que le peuple pourrait proposer… genre on donne le RIC par démagogie mais on pose des limites pour éviter que les dits-votes ne provoquent de trop grands chamboulements.

Il y a une profonde hypocrisie dans le fait de vouloir laisser « le peuple » s’exprimer et en même temps poser des limites par peur de ce que « ce peuple » pourrait dire.

Alors il y en aura toujours qui diront que lors d’un référendum, les français ne répondent pas vraiment à la question posée mais qu’ils auraient tendance à s’exprimer pour ou contre le gouvernement actuel (le principal argument aujourd’hui pour justifier qu’on ne fait plus de référendum)… possible… mais d’un autre côté l’instauration du RIC multiplierait les possibilités pour le peuple de s’exprimer et l’on peut supposer que si celui ci est régulièrement consulté, alors il prendrait la peine de réfléchir avant de voter.

Ainsi on aurait une démocratie directe rythmée par ses RIC réguliers et sans limite permettant au peuple de participer activement à la vie politique du pays en infléchissant la ligne directrice en bonne intelligence.

Le meilleur des mondes ? Pas vraiment…

Le problème avec ce RIC, c’est que chaque citoyen semble croire qu’avec cet outil il réussira à faire aller le pays là où il veut… dans le « bon sens ».

Sauf que la réalité est bien plus complexe et que les résultats de ces RIC pourraient bien causer plus de torts qu’autre chose.

Si il n’y a pas matière à s’inquiéter d’un risque de rétablissement de la peine de mort (cf plus haut) ou autre truc extraordinaire, en revanche on peut s’inquiéter de toutes les « petites décisions » qui pourraient être lourdes de conséquences pour le pays.

Imaginons demain un RIC pour supprimer les cotisations sociales, la durée légale du travail ou les droits de successions ? On peut facilement imaginer le détricotage du code du travail poussé par une majorité d’individualités qui voterait en faveur de son intérêt individuel à court terme…

Je travaille actuellement donc pourquoi ne pas supprimer l’assurance chômage ? Je suis en bonne santé donc pourquoi stopper le remboursement des médicaments ? Je suis jeune donc pourquoi ne pas baisser les pensions de retraites ?

Dans une société libérale ou l’individualisme tend à prédominer sur l’intérêt général, la gauche devrait être vent debout contre une réforme faisant la part belle à tous les clientélismes.

Si le RIC ennuie Emmanuel Macron car ce dernier se complaît avec les pleins pouvoirs, on peut supposer sur le long terme que le RIC servira sa ligne idéologique portée sur le libéralisme et le chacun pour soit.

Ceux qui aujourd’hui, espèrent infléchir la politique de Macron grâce au RIC, risque fort une déconvenue demain, en réalisant que multiplier les votes dans l’isoloir ne suffit pas forcément pour convaincre le français moyen à plus de solidarité.

Un projet collectif, cohérent et crédible… c’est tout ce dont a besoin la gauche pour rallier le peuple vers un monde meilleur

Le milliardaire breton est convoqué chez le juge. Photo AFP/Zakaria ABDELKAFI
« Qui c’est le con qui a lancé le RIC : pour ou contre la tonte de Bolloré ? »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s