Politique

Castaner : 3 bonnes raisons de le virer.

À peine 48 heures après la démission de François de Rugy qui a fini par succomber au « homard-gate« , que les réseaux sociaux s’agitent autour de la question :

mais qui sera le prochain ?

Il faut dire que depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuelle Macron, ça fait bien une douzaine de ministres qui ont dû quitter leur fonction, certains pour des raisons pas très propres.

Macron étant là pour encore trois longues années, on peut raisonnablement penser que de Rugy ne sera pas le dernier de cette vague de départ, reste à savoir où éclatera le prochain scandale ? Jean-Michel Blanquer ? Gérald Darmanin ? Et pourquoi pas Christophe Castaner, l’ancien socialiste devenue ministre de l’Intérieur et l’une des figures de proue de la République en Marche ?

Résultat de recherche d'images pour "blanquer"
« Je devrais être peinard jusqu’à la rentrée »

Il faut dire que depuis sa nomination au poste de ministre de l’intérieur, le varois accumule les bourdes si bien qu’il est sans doute bien placé dans le collimateur de l’opposition.

Mais voyons sans plus tarder les raisons qui pourraient justifier son départ du gouvernement.

1°) Les médailles de la honte

L’information vient de tomber, Mediapart a frappé une fois encore, Christophe Castaner se serait amusé à récompenser des « ripoux » lors d’une cérémonie exceptionnelle le 16 juin.

Au départ, l’idée était de décorer des policiers pour leur « engagement exceptionnel dans le cadre des gilets jaunes » en leur remettant la médaille de la sécurité intérieure !

Pourquoi pas me direz-vous ? Sauf qu’en y regardant de plus près on se rend compte que parmi ceux qui ont été récompensé, on retrouve le nom de plusieurs agents soupçonnés d’être impliqués dans des affaires de violences policières.

Rabah Souchi, commissaire de la police des Alpes-Maritimes qui était chargé des opérations à Nice le 23 mars derniers, le fameux jour où une septuagénaire pacifiste a été projeté au sol et blessé grièvement sans raison. À l’époque le chef de l’État justifiait ce passage à tabac en souhaitant à Geneviève Legay un « un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse ». 

Hélène Pedoya, la femme de Rabah Souchi et accessoirement celle chargée de l’enquête sur l’incident sus-cité. Un conflit d’intérêts majeur et évident pour tout le monde, sauf pour le procureur de la république Jean-Michel Prêtre, un bon gros neuneu qui dira « Je ne vois pas en quoi cela pose problème ?« 

Bruno Félix, capitaine de CRS ayant tranquillement donné les ordres de tir ayant causé le décès de Zineb Redouane, une octogénaire fermant ses volets au quatrième étage d’un immeuble à Marseille.

Résultat de recherche d'images pour "tir lacrymo crs"
« On craignait un assaut aéroporté des gilets jaunes depuis les fenêtres ! »

L’histoire est un peu différente pour le commissaire de la police nantaise Grégoire Chassaing, qui aura été récompensé 5 jours avant la charge disproportionnée ayant conduit à la disparition de Steve Maia Caniço, un jeune animateur périscolaire de 24 ans… Sans doute le commissaire ne se sentait pas suffisamment digne de la médaille reçue et qu’inconsciemment il aura cherché à lui donner un sens ?
Dans tout les cas le ton est donné, pour Christophe Castaner tout policier étant prêt à se salir les mains pour mater un mouvement de contestation est un héros ! Le ministre l’avoue à demi-mots par communiqué de presse en affirmant qu’en cas de condamnation ou « d’actes contraires à la déontologie » venant d’un fonctionnaire décoré, « la médaille de la sécurité intérieure lui sera retirée ».

Ce qui revient à dire

« Pas vu, pas pris »

2°) Incompétence notoire

Logiquement le ministre de l’Intérieur est censé assurer la sécurité et l’ordre sur le territoire or quand on regarde le bilan de celui qui occupe la place Beauvau depuis le 16 octobre 2018… on est en droit de se poser des questions.

Certes, Castaner a dû faire face au plus grand défi de maintien de l’ordre en France depuis des décennies avec le mouvement des gilets jaunes, mais d’un autre côté quand un ministre est nul il faut le dire.

Depuis 6 mois on ne compte plus le nombre de samedi où les forces de l’ordre se sont montrées incapables d’éviter les dégradations, la violence, et le désordre dans nos rues ; si au moins l’idée était d’éviter les victimes mais même pas (cf. : le paragraphe ci-dessus)

Nous avons affaire à un ministre de l’Intérieur qui se permet d’assumer tout un tas de bavures en employant régulièrement des méthodes disproportionnées mais qui, en même temps, réussit l’exploit de ne pas parvenir à contrôler quoique ce soit.

Le dernier exemple en date a eu lieu la semaine dernière après la victoire de l’Algérie en quart de finale de la CAN où il y a eu des blessés, des pillages et même des décès… Admettons que sur ce coup-là, le ministre n’avait rien vu venir… on peut supposer que le 14 juillet, jour de la fête nationale et de la demi-finale de la CAN alors tout allait être mis en œuvre pour que ça se passe bien.

D’ailleurs Castaner a annoncé des moyens renforcés pour éviter les débordements.

Eh oui mais voilà, le 14 juillet sera finalement un fiasco complet, entre les débordements avec des gilets jaunes pendant le défilé et les violences survenus au soir après la nouvelle victoire de l’Algérie.

Castaner dormait-il ce jour-là ? Non non grâce à lui on a eu droit dans la presse à l’annonce d’une centaine d’interpellations arbitraires, notamment des figures chez les gilets jaunes comme Éric Drouet ou Maxime Nicolle.

Ce qui amène nécessairement à se poser la question : au-delà des symboles qu’utilise Castaner pour marquer le coup et montrer qu’il en a dans le froc, que fait-il concrètement pour maintenir l’ordre ?

Résultat de recherche d'images pour "gilet jaune bord de la route panne"
« Mais puisque je vous dis que j’étais juste en train de changer ma roue :-(« 

Déjà pendant les actes précédents des gilets jaunes on avait l’impression d’un décalage entre l’action du ministre de l’intérieur et les débordements… tantôt un dispositif trop faible laissant place au chaos comme ce 1er décembre où l’arc de triomphe a été dégradé, tantôt un dispositif disproportionné et entaché par des violences policières.

Résultat de recherche d'images pour "cathédrale notre dame en feu"
« On voulait juste déloger le mec soupçonner d’avoir tagué l’Arc de triomphe mais les gens y sont jamais contents :-(« 

Le problème étant que ce ministre de l’Intérieur ne semble pas vouloir apaiser la situation ou éviter les violences… non… on dirait plutôt au contraire qu’il cherche l’affrontement pour compenser un ego meurtri sans doute lorsqu’il fut nommé faute de mieux.

3°) Immoral en tout point.

Aucune révélation de Mediapart sur le train de vie du ministre de l’Intérieur pour l’instant, supposons donc qu’il paye ses homards de sa poche (et ça c’est bien)

Cependant, il y a d’autres points trahissant une certaine immoralité dans le comportement de Castaner.

Tout d’abord, le fait qu’il s’accroche à un siège qui n’est pas fait pour lui !

Après tout lors de sa démission, Gérard Collomb avait mis en garde le président sur le climat délétère du pays… une menace faisant écho lorsque le mouvement des gilets jaunes commençait à envahir les ronds points.

Qu’à cela ne tienne, Christophe Castaner reprit les rênes du ministère avec une forme d’opportunisme en dépit du fait qu’il n’y connaissait pas grand-chose en matière de sécurité.

Passe encore, après tout on ne peut lui reprocher de penser à sa carrière et puis qui sait peut-être aurait-il démontré un talent inné à ce poste ?

Sauf que ça n’est pas le cas et pourtant ce dernier continue de rester en poste, assumant sans complexe un bilan où les accidents tragiques se multiplient.

Image associée
Christophe Castaner, insistant lourdement pour prendre les commandes d’un Boeing 737-400 et réaliser ainsi, un rêve d’enfant 🙂

Si encore on avait le sentiment que le ministre s’arrachait les cheveux sur la tête pour essayer de résoudre les problèmes ? Non bien sur… le soir même de la manifestation des gilets jaunes du 9 mars, on retrouvait Castaner entrain de tromper sa femme dans une boîte de nuit parisienne.

Outre le manque affligeant de moralité du ministre dans sa vie personnelle, on notera surtout le manque de professionnalisme du ministre qui est un des rares Français se foutant royalement de ce qui peut bien se passer dans le pays.

« Eyh chérie, ça te dit de venir manger un bout avec moi chez un pote après? Tu verra y a même du bon vin »

Un « je-m’en-foutisme » qui conduira le même ministre de l’intérieur à confondre une attaque de casseurs sur la Pitié-Salpêtrière avec un groupe de manifestants lambda cherchant simplement refuge suite à l’usage d’une grande quantité de gaz lacrymogène.

Évidemment, l’erreur d’appréciation est humaine… mais encore une fois, comment un type qui occupe de telles fonctions, dans un contexte aussi délicat, peut se livrer à de telles déclarations qui lui font perdre son peu de crédibilité ?

Erreur de casting.

Castaner a-t-il conscience qu’être ministre de l’intérieur n’est pas un jeu ? Ses jeunes années de caïd, à jouer au poker-menteur avec ses fréquentations douteuses sont terminées ; on ne lui demande pas aujourd’hui de jouer le parrain à venir péter des genoux pour mettre au pas quelques rivaux…

Résultat de recherche d'images pour "le parrain"
Cri-cri … ma c’est la famille ! Dis lui que c’est bon pour l’autre avec son gilet… on va le faire disparaitre.

Non il est question d’éviter que ce pays de 60 millions d’habitants et où la fracture sociale n’a jamais été aussi grande parte à vau-l’eau !

La tache est difficile, certes, mais s’il n’en pas les épaules alors qu’il passe la main comme a su le faire son prédécesseur.

D’ailleurs il n’est pas le seul responsable de ce fiasco quand on sait qu’au-dessus de lui on retrouve Emmanuel Macron et Édouard Philippe !

Ces derniers nous avaient vendus du rêve avec leur nouveau monde et sa politique irréprochable, mais quand on regarde de plus près, Christophe Castaner n’est qu’un des multiples exemples où on a préféré nommer un « fidèle macroniste tendancieux » plutôt qu’une personne neutre et compétente.

Reste à savoir s’il reste encore beaucoup de personnes raisonnables qui seraient prêtes à prendre part à cette mascarade.

 

 

2 commentaires sur “Castaner : 3 bonnes raisons de le virer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s