Média·Politique·Vie en société

Ces procureurs couvrant les violences policières.

Bien des raisons expliquent l’affaiblissement progressif du mouvement des gilets jaunes : manque de cohésion dans les revendications, manque d’organisation, lassitude avec le temps ou encore les « gestes » du président…

Fichier
Mais non… pas ce geste ^^

Mais pour certains irréductibles gilets jaunes, la répression policière, les menaces et intimidations expliqueraient en grande partie l’affaiblissement progressif du mouvement.

« Entretiens d’avertissement au travail, compteurs sabotés, roues de voiture crevées, tentatives d’intimidation de la part de certains membres des forces de l’ordre, etc etc etc » seraient autant de déconvenues subies par les gilets jaunes récalcitrants comme semble le suggérer Priscillia Ludosky lors de son entretient avec Vanessa Relouzat de l’actu.

Difficile de se positionner franchement quand on a d’un côté des gilets jaunes rapportant presque des « ratonnades » à leurs encontre, et de l’autre un gouvernement qui évoque des « séditieux » ou la « peste brune » pour parler des manifestants.

On ne peut pas concevoir une vision aussi manichéenne des choses avec des méchants d’un côté et des gentils de l’autre… la vérité est probablement dans la nuance…

Aussi on pourrait attendre de la justice qu’elle fasse la lumière sur tous ces accidents dramatiques survenus en marge des manifestations… après tout la justice n’est-elle pas censée être impartiale et la mieux à même de régler ce conflit entre le pouvoir exécutif et une frange de la population ?

Encore faudrait-il pour ça qu’elle soit indépendante ce qui n’est vraisemblablement pas le cas quand on voit l’attitude désinvolte de certains de nos magistrats qui, en témoignant leur allégeance pour le pouvoir en place, donne une bien piètre image de la justice en France.

L’affaire Geneviève Legay

Dans un précédent article, nous rappelions comment une septuagénaire pacifiste avait été grièvement blessé par une charge policière à Nice le 23 mars dernier.

À l’époque nous fûmes surpris d’apprendre que l’enquête sur ces évènements était confiée à la femme du commissaire incriminé sur décision du procureur de Nice Jean-Michel Prêtre

Ce dernier ne voyant visiblement pas le conflit d’intérêts pourtant flagrant que sa décision impliquait.

Fichier
« Ah ouiiiii mon amour ! Il est innoceeeeent ! »

L’affaire ne s’arrête pas là car selon les informations du Monde, il s’avère que le procureur reconnaît avoir délibérément menti lors d’une conférence de presse pour protéger Macron !

En effet, le président affirmait à tort que Geneviève Legay « n’avait pas été en contact avec les forces de l’ordre », ce que le procureur a confirmé tout en sachant qu’il mentait éhontément.

Résultat de recherche d'images pour "prêtre procureur"
« Elle a très bien pu glisser sur une peau de banane… Vous savez comme ce jeune à Nantes… Steve qu’il s’appelle je crois »

Qu’un président prenne la défense des forces de l’ordre dans un climat de tension social… rien de nouveau… en revanche qu’un procureur censé incarner la justice en apportant la lumière sur l’affaire, débite n’importe quelle connerie c’est beaucoup plus grave !

Avec ce genre de mensonge c’est toute la crédibilité de magistrature qui se voit entachée ainsi que la supposée indépendance entre le pouvoir exécutif et judiciaire.

L’affaire Bernard Marchal

Autre lieu, autre affaire, c’est à Toulon dans le Var que le 5 janvier 2019, le commandant de police Didier Andrieux perd les pédales et se met à cogner sans raison sur des manifestants non violents.

 

 

Fatigue ? Stress ? Erreur de jugement ? On peut imaginer tout un tas de circonstances expliquant ce pétage de plomb du policier mais à ce moment-là… il aurait été sage de reconnaitre la faute et de le mettre au repos pour éviter qu’un tel incident se reproduise.

Résultat de recherche d'images pour "judge dredd"
Didier Andrieux, dans l’exercice de ses fonctions.

Non au lieu de cela, Didier Andrieux choisit de mentir en invoquant la présence d’une arme et un climat insurrectionnel justifiant la violence.

Didier Andrieux est-il un menteur qui n’assume pas ou un héros victime des réseaux sociaux ? Là encore on pourrait espérer que le procureur de la république de Toulon Bernard Marchal nous éclaire de ces lumières…

Ce dernier estimait en voyant la vidéo «Il y avait un contexte insurrectionnel avant et après ces vidéos, dans lequel il était impossible d’interpeller quelqu’un sans violence»

Soit… ça aurait pu en rester là sans l’intervention de l’IGPN (la police des polices) qui donne un rapport contradictoire au motif que coups portés par le gradé au visage du manifestant n’étaient «ni proportionnés ni nécessaires».

Là encore on est en droit de s’interroger sur l’objectivité du procureur qui a visiblement cherché à protéger le policier et par extension, le pouvoir en place, plutôt que de faire respecter le droit.

Résultat de recherche d'images pour "bernard marchal"
« J’ai estimé qu’un gilet jaune désarmé c’était très très suspect… du coup je comprends l’action préventive du policier »

D’ailleurs le magistrat allait même jusqu’à refuser d’ouvrir une enquête alors qu’en voyant la vidéo il ne fait aucun doute qu’il y a matière à se poser des questions…

L’affaire Xavier Tarabeux

N’oublions pas cette femme, Zineb Redouane, décédée le 4 décembre 2018 à l’âge de 80 ans… deux jours après avoir été grièvement blessée par une grenade alors qu’elle fermait les volets de son appartement à Marseille.

Le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux ne se démontera pas et expliquera que l’octogénaire est décédée d’un « choc opératoire » et qu’« on ne peut pas faire de lien de cause à effet entre la blessure et le décès »

Quelle coïncidence tout de même ! Une vieille dame est atteinte au visage par une grenade et deux jours après à l’hôpital, elle décède comme par magie ? Une drôle de coïncidence.

Résultat de recherche d'images pour "docteur house"
« Peut être une maladie auto-immune ? Ou un lymphome ? Mmm ou alors un choc opératoire suite à l’explosion au visage d’une une putain de grenade ? »

Autre coïncidence, la présence du procureur adjoint André Ribs qui était sur les lieux lors d’un incident mais ça… étrangement… il aura fallu attendre 6 mois pour que le procureur Xavier Tarabeux s’en souvienne.

La justice ? osef

Pour le gouvernement, c’est clair il n’y a pas de violence policière… d’ailleurs l’expression même est réfutée par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Du coup, tous les moyens sont mis en œuvre pour ne surtout pas donner raison aux gilets jaunes : Zineb Redouane est décédée d’un « choc opératoire », Geneviève Legay est tombée toute seule… à partir du moment où la police et la justice s’accordent pour décréter que les gilets jaunes ont le monopole de la violence alors il n’y a plus de discussion possible.

Résultat de recherche d'images pour "gilet jaune frappé"
Ici par exemple, on peut dire qu’un gilet jaune vient de frapper avec sa tête le poing du policier.

Pas de violence policière donc… mais un problème beaucoup plus grave : la connivence entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire !

Pourtant l’indépendance et l’impartialité constituent les deux principes fondamentaux de tout système judiciaire, aussi si ces deux principes sont remis en cause alors c’est l’ État de droit qui est en péril.

Paradoxalement on reproche bien souvent aux gilets jaunes d’être anarchistes et de ne pas respecter cet État de droit… mais pour cela encore faut-il qu’il existe encore et les affaires suscitées tendent à démontrer le contraire.

Est-ce à dire que toute la justice est corrompue ? Non bien sur, ne sombrons pas dans une paranoïa exagérée… mais il ne faudrait pas que les incidents de ce genre se multiplient car ils génèrent du doute et de la défiance à l’égard de la magistrature en général.

Résultat de recherche d'images pour "fillon"
« J’ai toujours dis qu’il y avait un cabinet noir… alors pourquoi pas un cabinet jaune ? »

Les Français ne font déjà plus beaucoup confiance en la politique et les médias… il ne faudrait pas que la justice soit, elle aussi, dans une crise de confiance sans quoi nous finirons inéluctablement par sombrer dans l’anarchie.

3 commentaires sur “Ces procureurs couvrant les violences policières.

  1. mets donc les sources! si j’en parle aux macronistes autour de moi sans source ont va me traiter de complotiste (peut être même de fasciste populiste et de plein de truc en iste)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s