Vie en société

Tour de France : après le dopage, le proxénétisme !

Ces derniers jours, l’actualité a été marquée par une pétition visant à mettre fin aux hôtesses du Tour de France qui remettent le trophée au vainqueur d’étape, avant de lui faire la bise.

Aucun doute possible, la fin des hôtesses sur le tour est d’ors et déjà programmée !

Après tout quand, quand on y pense il n’y a strictement rien qui justifie la présence de ces hôtesses au physique avantageux :

  • la tradition ? Bah c’est l’essence même du progressisme que de secouer un peu les traditions
  • le travail ? Quand une femme gagne de l’argent grâce à son physique c’est de l’exploitation très mal vu.
  • la pertinence ? Il n’y en pas particulièrement quand on sait que le Tour de France est avant tout une course cycliste où l’enjeu est de finir des étapes le plus vite possible.

Du coup il n’y a rien qui justifie la présence des hôtesses… Si l’idée est juste de fournir une image du vainqueur qui reçoit son prix alors on peut exploiter demander à des enfants par exemple (mais là encore… penser à alterner le sexe et l’ethnie), ou pourquoi pas des animaux (un faucon qui viendrait majestueusement déposer la médaille au coureur… ça serait classe)

Fichier
On alors on pourrait imaginer un système de cordes et de poulie pour que le vainqueur n’ait plus qu’à décrocher son prix… un peu comme le pompon dans les manèges.

Ce qui est sur c’est qu’en réclamant la pérennisation d’une pratique consistant à recourir à de jolies jeunes femmes… on passe aussitôt pour un vieux con « partisan du sexisme et de la dénigration des femmes » (ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les termes employés dans la pétition)

Face à la pression et en l’absence d’une défense en béton, nul doute que la tradition va disparaitre dans les années à venir.

Nous devrions tous nous réjouir de cette victoire à venir et pourtant au fond… c’est plus compliqué… il y a un « je ne sais quoi » qui reste au travers de la gorge mais tachons de voir ce que c’est.

Victoire de l’extrémisme

Quand on pense au féminisme, on pense à la libération des femmes : le fait qu’elles aient le droit de vote, le droit d’ouvrir un compte bancaire, d’être considérée en tant qu’individu à part entière et non en tant que « femme de ».

On déplore le nombre encore élevé de féminicide et les disparités salariales dans beaucoup d’entreprises.

Tant de combat remportés et d’autres à mener… si bien qu’à côté de ces combats, celui pour la disparition des hôtesses paraît franchement anecdotique et superfétatoire.

Pour ce qui est du Tour de France, par exemple, ne peut-on pas imaginer que l’immense majorité qui suit ce programme s’intéresse à la course en elle-même ? Ou bien au plaisir d’admirer les paysages français ? Y a-t-il beaucoup d’hommes prêts à se taper des heures de vélo à contre-coeur avec l’idée malsaine en tête de se dire :

– Chouette je vais pouvoir mater les filles à la fin ?

« J’aime beaucoup le vélo »

Il y a même quelque chose de dérangeant au fait de se sentir continuellement soupçonné d’une forme de sexisme alors qu’il n’y a pas d’autre intention que de regarder un évènement sportif et culturel.

On pourrait se demander si, dans certains cas, le sexisme n’est pas justement du fait de ceux qui sont prompts à le dénoncer pour un oui ou pour un non ?

On parle de quoi là ? Une jeune femme remettant un trophée, un bouquet de fleurs et la bise aux vainqueurs…

La pétition évoque en ces termes :

« une femme légèrement vêtue qui donne aux trois meilleurs cyclistes un baiser sur la joue comme pour couronner leur gloire. […]Les hôtesses sur les podiums servent de décoration et sont un prix pour les cyclistes ? Mais les femmes ne sont pas ça, elles ne sont pas des objets, pas des récompenses ! »

Bon alors déjà le « légèrement vêtu » c’est limite

Résultat de recherche d'images pour "hotesse tour france"
Les hôtesses du tour 2015

L’expression sous-entend tout un tas de trucs pas très nets, mais quand on regarde bien les hôtesses en question… elles portent : une robe. Quand on sait que le tour se déroule au mois de juillet avec des températures bien souvent au-delà des 30°, on ne peut pas dire que leurs tenues soient particulièrement légères…

Ensuite elles sont un prix pour les cyclistes en « leur adressant un baiser pour couronner leur gloire » ?

Depuis quand remettre un bouquet de fleurs et faire la bise implique une forme de soumission et de don de soi ? Sauf erreur de ma part elles ne sont pas entrain de leur faire un lap danse que je sache.

Résultat de recherche d'images pour "racolage"
« Eyh mon mignon… Pour 200 € je te fais la bise et je te file des fleurs… ça te dit ? »

Généralement ce sont les hommes qui offrent des fleurs aux femmes sans que cela ne choque personne alors en quoi une femme remettant des fleurs à un homme serait mal ?

Quant à la bise… tous les jours en France des hommes et des femmes se font la bise… certains préférant la poignée de main… bah on pourrait ouvrir un grand sujet sur la manière de se dire bonjour en entreprise… mais de là à dire que la bise est une forme d’affirmation de sa supériorité dans un rapport de domination… c’est complètement con.

Résultat de recherche d'images pour "faire la bise"
Macron, un homme soumis à la chancelière Allemande ? (Manquerait plus qu’il lui file des fleurs)

Alors oui c’est l’hôtesse qui fait la bise et qui donne les fleurs… pour « couronner la gloire » de l’homme sur le podium.

Là encore la pétition est tournée de manière pernicieuse puisqu’elle cherche à dévaloriser une « glorification excessive et sexiste » de l’homme qui devrait être constamment remis à sa place.

Sur le principe elles ont raison, l’homme est mis en avant depuis des siècles alors que les femmes ont tendance à être considérées comme des faire-valoir… il n’y a qu’à ouvrir un livre d’Histoire pour constater que les figures masculines sont omniprésentes.

Sauf que dans le cas présent, on parle quand même d’un mec qui vient de gagner une course après avoir pédalé durant près de 200 bornes… ça mérite bien qu’on lui rende hommage en dépit de sa condition masculine.

Qu’une femme en fasse autant si elle veut une médaille ! Ah ah

……… Ok la phrase ci-dessus est profondément sexiste… mais c’est volontaire puisqu’il s’agit d’une transition.

Figurez-vous que les femmes aussi participent à des compétitions cyclistes et ont tout autant le droit à la bise que leurs homologues masculins

Fichier
« Soumettez vous ! mâles ! Et couronnez ma gloire ! »
                                                                       « On parle de moi » ?                                                                                             Oue bon j’avoue… ce jeu de mot est pourri et totalement hors sujet

La seule différence étant que les images ci-dessus sont plus rares car le cyclisme féminin est moins « développé » que le cyclisme masculin ce qui nous ramène au véritable débat : comment développer les variantes féminines dans le sport en général ?

On sait par exemple, que des efforts sont faits dans le foot par exemple… reste qu’une footballeuse gagnera moins qu’un footballeur tant que la couverture médiatique, les sponsors et les spectateurs ne sont pas au rendez-vous.

Comment développer le sport féminin ? Doit-on le subventionner ? Imposer aux chaines de couvrir certains évènements sportifs pour la parité ? Voilà les questions qu’on pourrait se poser pour lutter contre le sexisme… Mais s’offusquer qu’un sportif reçoive la bise d’une femme… c’est un combat franchement anecdotique…

D’ailleurs n’aurait-on pas accusé le tour d’être sexiste si, à l’inverse, on ne voyait sur les podiums que des hommes récompensant d’autres hommes ? Je peux comprendre qu’on aimerait voir une femme sur le podium pour changer… mais pour ça il faut regarder une compétition féminine 🙂

« Sans déconner… ça existe ? »

Le féminisme, un fond de commerce ?

Nous pourrions faire au féminisme le même procès qu’à l’écologie (dans un précédent article) à savoir : les grandes causes sociétales ne sont elles pas devenues pour certains, un moyen d’exister ? de gagner en popularité ?

Pour illustrer ce problème il suffit de voir la mésaventure connue par Fatima Benomar ces derniers jours.

La militante féministe s’est distinguée en s’en prenant violemment aux hôtesses du tour sur les réseaux sociaux qu’elle décrit comme « des prix » et des « objets sexuels » avant d’être, à son tour, victime d’attaques sur personnelles sur la toile.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, texte

Le procédé en soi n’est pas très classe… et il n’apporte rien au débat initial : la fin des hôtesses sur le tour)

En revanche il nous fait nous interroger sur l’authenticité de l’indignation du messager…

Fatima Benomar ne supporte pas qu’une hôtesse vienne remettre son prix à un cycliste, en revanche elle n’a pas de problème avec des hommes moitiés nues qui se laissent palper comme des morceaux de viande ?

Si Fatima Benomar s’éclate devant des chippendales alors a priori elle n’a rien contre les boîtes de strip-tease en général, que ce soit des hommes ou des femmes qui, contre rémunération, se laisse caresser les fesses contre un peu d’argent ?

Et puis comment expliquer les positions de la militante en faveur du voile islamique qui est pourtant un symbole de l’oppression masculine sur la femme au motif religieux ?

Entendons-nous bien… Fatima Benomar a le droit à ses convictions religieuses, tout comme elle a le droit d’aller s’amuser dans des soirées à thèmes ; rien ne justifie le cyber-harcèlement empreint de racisme dont elle est victime.

Mais rien ne justifie non plus de dévoyer un combat légitime comme le féminisme, pour servir des ambitions médiatiques personnelles ! Derrière cette polémique, il y a quand même tout un public, des coureurs et des encadrants sur qui l’on fait peser du jour au lendemain un soupçon de sexisme.

Kim Kardashian
C’est un peu comme ci Kim Kardashian s’offusquait des femmes recourant à la chirurgie esthétique pour répondre à la dictature de la beauté

Avant de mettre tout ce petit monde au pilori, Fatima Benomar était elle vraiment indignée ou blessée par la situation ? A-t-elle au moins déjà regardé une étape du tour en entier ? Ou bien cette dernière a-t-elle simplement chercher le premier truc sexiste qu’elle trouvait pour se mettre en lumière en tant que féministe ?

Tous les combats se valent-ils ?

À la lecture de cet article, vous serez probablement tenté de me dire que tous les combats se valent ; dès lors qu’il est question de lutter contre le sexisme dans notre société alors chaque bataille est importante.

Pour ma part, j’estime que ce ne sont pas les batailles qui comptent mais la guerre en elle-même : faire évoluer les mentalités de manière à sortir d’une tradition culturelle marquée par la domination de l’homme.

D’ailleurs en matière d’émancipation de la femme, il faut être honnête : nous avons beaucoup progressé au cours des dernières décennies !

Reste-t-il des choses à faire ? Certainement !

Mais pour cela il faut faire attention à ne pas braquer une partie de l’opinion autour de problèmes anecdotiques. Lorsque le féminisme prend des allures extrémistes alors il prend le risque de perdre le soutien du peuple qui est pourtant essentiel dans ce combat.

Tout le monde (ou presque) s’accordera à dire que les femmes ne sont pas assez représentées dans le sport… beaucoup moins s’accorderont en revanche à considérer que « la bise au coureur » est choquante.

Dès lors pourquoi ne pas s’intéresser au vrai sujet plutôt que de s’attarder sur un détail controversé qui ne fera qu’accroitre la défiance envers un combat féministe légitime par ailleurs ?

Il n’y a qu’à voir comment on prend en exemple le sport automobile comme exemple sous prétexte qu’il n’y a plus de grid girl… Combien de femmes au départ du dernier grand prix ? Peut-on oser affirmer que la formule 1 est moins sexiste que le vélo ? J’en doute…

Et du coup… les cheerladers… c’est sexiste ? Je vous laisse cogiter là dessus.

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires sur “Tour de France : après le dopage, le proxénétisme !

  1. L’image de Fatima Benomar a été ressortie par des militants de droite voire d’extrême droite, elle a été prise il y a très longtemps sans qu’on connaisse rien du contexte… (entre temps elle a expliqué ce contexte). Elle subit depuis une vague de harcèlement et je pense que c’est extrêmement problématique de renchérir là dessus. Je ne partage pas sa proposition d’interdire cette activité professionnelle, mais je m’oppose à ce qu’elle subit, et elle ne s’est pas « attaquée » aux hôtesses, mais a proposé une vision des missions qui leur sont proposées. Dire que dans bien des métiers les femmes sont considérées comme « objets sexuels », on peut en discuter éventuellement, mais ça n’est en aucun cas une attaque contre ces femmes elles-mêmes, c’est la façon dont elles sont perçues qui est critiquée, justement.

    Quelques commentaires : je pense que l’analyse que vous proposez du féminisme est pour le moins légère, donc je suggérerais de lire davantage d’analyses féministes, vous trouverez une série de blogs passionnants dans ma blogoliste si cela vous intéresse

    De manière générale, beaucoup de vos analyses créent en fait une fausse équivalence entre hommes et femmes, sur le mode « est-ce qu’on aurait réagi de la même façon si la situation avait été inversée entre hommes et femmes »? Sauf que précisément, on vit dans une société sous domination masculine, donc même sans cautionner une inversion de situation avec des « hôtes » masculins pour ces évènements, dans un cas c’est un contre exemple ponctuel où une femme est au centre de l’attention, dans l’autre c’est une situation de plus où les femmes sont chargées de faire les potiches et sont réifiées… donc ça n’a pas grand chose à voir dans les conséquences que ça a.

    Par ex « Depuis quand remettre un bouquet de fleurs et faire la bise implique une forme de soumission et de don de soi ? Sauf erreur de ma part elles ne sont pas entrain de leur faire un lap danse que je sache. » –> Non ce n’est pas un « don de soi », par contre ces femmes sont payées pour être disponible de cette façon et être « agréable » à ceux qui regardent, de fait. C’est une activité qui se fonde sur des postulats sexistes, indéniablement. Comme pour d’autres activités, les femmes en tirent parti comme elles peuvent, les boulots ne tombant pas du ciel.

    Quant au fait qu’on ne « dirait rien » quand les hommes offrent des fleurs, c’est faux, il y a toute une critique féministe des traditions de la galanterie depuis longtemps…

    De même pour le fait de serrer la main aux hommes et de faire la bise aux femmes en tant qu’homme, ça paraît anodin, mais c’est une forme discrète de sexisme « bienveillant ». C’est un petit signe, marginal par rapport à d’autres soucis, mais ça relève malgré tout d’une distinction de genre. (Personnellement je tend la main pour la serrer régulièrement et les réactions sont surprises)

    « Sauf que dans le cas présent, on parle quand même d’un mec qui vient de gagner une course après avoir pédalé durant près de 200 bornes… ça mérite bien qu’on lui rende hommage en dépit de sa condition masculine. »
    Quel est le rapport entre rendre hommage et entourer cette personne de femmes choisies pour leur incarnation des canons de beauté actuels ?? On n’a pas d’autres façons de reconnaître le talent sportif ? C’est hors sujet !

    Je pourrais continuer avec d’autres passages du texte, vous voyez l’idée…

    Je trouve dommage en tout cas qu’un « gauchiste décomplexe » le soit autant lorsqu’il s’agit d’adopter l’attitude classique qui consiste à venir expliquer aux féministes comment et sur quoi elles devraient se mobiliser, et quels sont les combats « anecdotiques » et ceux qui valent le coup, surtout avec aussi peu de matière à proposer… J’ai été plus bienveillante par le passé, mais je pense que lorsqu’il y a de vrais soucis il faut le dire, et c’est le cas ici dans votre texte. La gauche a encore besoin de faire un peu de ménage et de mieux former ses militants manifestement… ça tombe bien, ce ne sont pas les ressources qui manquent pour se former quand on en a l’envie.

    J'aime

  2. Puisque vous avez pris la peine de faire un long commentaire sur cet article, je me permettrait à mon tour d’y répondre car cela permet l’ouverture d’un débat intéressant.

    Pour commencer je suis d’accord avec vous sur le fait que le harcèlement dont fait l’objet Fatima Benomar est indigne… aussi il ne me semble pas l’avoir insulté dans cet article… tout au mieux ai-je critiquer l’inéquation entre ses propos actuels et des comportements qu’elle a pu avoir par le passé qui semblent assez contradictoire avec ce qu’elle prône aujourd’hui.

    Ensuite, je trouve que vous tendez à défendre une forme de féminisme radical à laquelle je n’adhère pas.

    De mon point de vue le féminisme est un combat nécessaire qui permet de lutter contre le sexisme et amener la société vers une forme d’égalité entre les genres… cela ne semble pas être votre cas puisque vous chargez chaque sujet par le poids de l’histoire avec une sorte de sentiment revanchard.

    Par exemple vous dites : « on vit dans une société sous domination masculine, donc même sans cautionner une inversion de situation avec des « hôtes » masculins pour ces évènements, dans un cas c’est un contre exemple ponctuel où une femme est au centre de l’attention, dans l’autre c’est une situation de plus où les femmes sont chargées de faire les potiches et sont réifiées »

    En partant de ce postulat, alors aucune avancée ne sera jamais bonne car à chaque fois vous estimerez que la mise en avant d’une femme est un contre-exemple ponctuel tandis que la mise en avant d’un homme découle d’une tradition séculaire de domination masculine…

    D’ailleurs, votre commentaire laisse entendre que le féminisme devrait être l’affaire des féministes qui sauraient mieux de quoi elles parlent et dont on n’aurait pas le droit de contester leurs actions…

    Excusez moi mais pour assurer le vivre ensemble il est nécessaire que tout le monde se saisisse de la question bien au contraire et de sortir de cette confrontation permanente entre les genres car c’est avec l’assentiment des femmes et des hommes que nous parviendrons à changer la société pour la rendre plus paritaire.

    Comme je l’explique dans mon article, je ne suis pas particulièrement pour ce rituel consistant à embrasser le coureur à la fin par de jolies jeunes femme…
    « Après tout quand, quand on y pense il n’y a strictement rien qui justifie la présence de ces hôtesses au physique avantageux […] »

    Cependant j’ai vu beaucoup de réactions qui me font penser que ce genre de combat tant à faire cliver l’opinion plus qu’à la fédérer… créant une défiance croissante à l’égard du féminisme en général.

    Attention je ne dis pas que toutes les actions clivantes sont mauvaises, parfois il faut savoir forcer les choses quand bien même ça heurte des gens comme pour le mariage pour tous.
    Mais à d’autres moment il peut être bon aussi de prendre un peu de recul… pour éviter de se mettre à dos tout une partie de la population dans un combat qui ne rapporte pas grand chose au final.

    J’ai vu des femmes se faire agressées… insultées par des hommes témoignant tout leur mépris pour les femmes et le féminisme d’aujourd’hui… Mais là personne n’en parle… nous laissons ce sexisme ambiant se développer en immersion car nous préférons mettre en lumière quelques féministes médiatisées s’indignant de voir deux hôtesses à la télé…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s